La libération des stéréotypes

La libération des stéréotypes

Cette procédure apparentée avec la confession, seulement non avec cette spectaculaire qui est salué par l'église, mais la confession Véritable. En quoi consiste son sens ? En la reconnaissance du fait et en le Choix. La reconnaissance du fait : vous dans votre Âme reconnaissez honnêtement que vous avez un tel stéréotype. Il est facile de le définir : si quelques événements (à la maison, au travail, dans la rue, dans le transport, à la lecture du livre, pendant la présentation d'un film, l'émission de télévision) provoquent chez vous la réaction négative ou de stress – cela signifie que le stéréotype existe, retenez cela!
La réaction négative est le indice de ce que la réalité n'est pas jointe à vos représentations, les regards, les notions, les désirs. Et si vous voulez, sans causer un préjudice à vous-mêmes et aux personnes présentes, résoudre cette situation, apprenez à contrôler vos émotions et vos sentiments. Ne les versez pas à votre agresseur, en premier lieu vous vous comprenez vous-mêmes. Définissez, avec quel stéréotype est liée votre colère ou quelque émotion négative, l'aversion de n'importe quelle situation. Par exemple : les sentiments de l'amour illimité, du sacrifice de soi, de la faute, de la pitié, de la compassion, attribués par l'humanité à l'héroïsme absolu, – ils sont des stéréotypes! 
Pour qu'il soit encore plus clair – que justement appartient aux stéréotypes, nous citerons les exemples. Admettons que vous êtes assez confiant. Comme l’homme honnête vous êtes fermement persuadé : « Il faut se comporter envers les autres comme on aimerait qu’on le fasse envers soi-même! » Au total vous croyez à tout le monde, par exemple – à votre amie, mais à un beau moment elle vous « donne la jambette », en frappent assez cruellement ; cela change profondément toute votre vie ultérieure et votre destin. Vous êtes cruellement désillusionné et vous avez décidé : « Je ne croirai plus personne! » Vous vous êtes isolé. Vous tenez tout le monde à distance et sans cesse vous revenez à cette histoire, en vous rappelant l'offense.
La conclusion : le stéréotype de la « bonne » attitude confidentielle envers les gens a formé dans votre Conscience la persuasion : « Si je suis bien disposé envers toi, confidentiellement, honnêtement, beaucoup, de même que moi tu dois être disposé envers moi ».
Mais cela est seulement votre position, mais non de celle-là, non d’autre personne! En effet, il trouve qu'il ne faut pas « ne rien piger », si la chance elle-même tombe dans les doigts! Prends-la, d'autant plus que ton destin ultérieur dépend de cette possibilité. Toute la littérature, tous les films, les chansons, la poésie lyrique – ils décrivent et chantent justement les stéréotypes! Il vous est nécessaire d'apprendre à voir ses stéréotypes et à les éliminer. 
Vous devez obtenir tel état pour que chez vous ne soit pas ni le jugement, ni les opinions, ni quelques autres états d’Âme. « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés 1 ». L'Âme doit tranquillement accepter tout ce que se passe dans votre vie. Acceptez cela comme les études. Les événements qui se réalisent autour de vous, – ils sont vos professeurs. Ils vous montrent qu’il y a quelques choses dans votre Conscience non menées à bon terme : il y a des stéréotypes qui empêchent de vous unir avec les Flux de la Vie. Finalement, au lieu de la solution positive des problèmes dans tous les aspects et les manifestations de l'Être, de la Vie – vous recevez d'elle « des coups de pied et des parpaing ». « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice 2 ». 
Il ne faut pas chercher des agresseurs et des ennemis dans les gens qui vous parlent les objets désagréables! Vous les percevez comme vos professeurs. Ils sonorisent votre incertitude et vos doutes. Ne tentez pas de persuader vos connaissances de votre bon droit – la dépense inutile des forces et du temps! N'oubliez pas que dans ce monde tous sont droits. Tâchez de comprendre celui-là, sur quoi vos connaissances parlent avec vous. Trouvez les arguments concluants, les preuves de votre bon droit (en réalité, d'abord il faut vous persuader vous-mêmes). Si vous éloignez l'incertitude, les doutes dans vous-mêmes, ils n'apparaîtront pas chez les autres gens. 
N'oubliez pas que seulement 20 % de l'information se transmet de la personne chez la personne par la parole et 80 % – au niveau subconscient. La subconscience de l'autre personne (déjà dans une minute de la conversation avec vous) connaît précisément tous vos doutes et votre incertitude. C'est pourquoi tous les gens viennent à vous avec un but : vous corriger, ayant lu, ayant sonorisé ce « qu’on lit sur votre visage » pour que vous fassiez n'importe quel choix, ayant corrigé votre conduite. 
Admettons (comme vous estimez) que vous êtes assuré de votre bon droit, vous n’avez aucuns doutes au sujet examiné, mais vos connaissances continuent à défendre leur point de vue! Dans ce cas ou ils sont incompétents sur cette question (ils n'ont pas fait le paquet des connaissances) et leur Conscience est encore fermée pour la réception de l'information de vous (vos Dimensions ne sont pas raccordées), ou vous devez « travailler » avec vous-mêmes (apprendre à quelque chose, corriger, améliorer votre parole, etc.) pour porter habilement les arguments jusqu'à l'interlocuteur. «Il faut se diviser par la maîtrise en maître ». 
Pour révéler les stéréotypes au rythme accéléré, vous rappelez toutes vos peurs, les tristesses et les offenses. Ne vous évitez pas les événements heureux et joyeux, car une telle réaction à eux est liée aussi aux stéréotypes définis. Graduellement, pas à pas, étudiez chaque état, définissez le stéréotype et l’éliminez par la confession – la reconnaissance de sa présence chez vous.

1 Matthieu 7 : 1.

2 Matthieu 5 : 7.

 
 
Précédent Contenu Suivant