Le degré du développement de la Conscience influence le néocortex, et à travers de lui influence tout l'aspect de la personne

Le degré du développement de la Conscience influence le néocortex, et à travers de lui influence tout l'aspect de la personne

La voie vers la santé, vers le succès, vers l'Évolution va par la compréhension de l'importance du développement et de la renaissance du néocortex. Et cette Voie se trouve seulement dans le travail obstiné, entêté et fatigant. Le fait est qu'avec le « retrait » du néocortex, se rétrécit en séchant une très importante glande du cerveau – l'épiphyse (le corps pinéal). Sa dysfonction se fait sentir instantanément le statut hormonal de l'organisme! Donc la santé s'aggrave et aussitôt demande notre attention. Le développement du néocortex va seulement par le développement de la Conscience, par la connaissance de soi-même, du Monde et de Dieu. La voie vers la santé va par le travail avec l'épiphyse, par l'alimentation juste et par l'application des divers pratiques de salubrité. Comme vous connaissez déjà, il y a une grande quantité de telles pratiques. Il faut choisir ce que convient à votre organisme. Écoutez-vous votre organisme. Il vous racontera de lui-même tout, mais seulement vous! C'est pourquoi ne vaut pas la peine de compter sur les autorités étrangères. Seulement votre organisme et votre Moi Supérieur doivent être les autorités pour vous.
Le développement du néocortex est possible seulement à travers de la connaissance de la Vérité, par le lien avec le Moi Supérieur, par la perception juste de Dieu. D'habitude les gens reconnaissent la présence chez Dieu de la Conscience, de la Raison, de l'Intelligence, mais, au lieu du corps physique, en expriment sous forme du nuage incorporel – l’Absolu, la Raison Supérieure. Du même coup la personne se coince elle-même dans l'impasse! « La folie des hommes braves », à titre du désaccord avec la Constante Mondiale fondamentale, coûte trop cher pour nous.  
Il était déjà mentionné que le porteur de la forme radiale est concentré dans un certain volume et en même temps se trouve dans tout l'espace. Dans une grande mesure et en premier lieu cela se rapporte à Dieu.
La personne au bas niveau de l'autocompréhension, en ayant la logique discontinue, étant incapable de composer le tableau commun de n'importe quel processus, elle doit commencer la connaissance dès la concentration de l'attention sur ses composantes, dès leur personnification. Autrement, n'ayant pas composé, des particules dépareillées, le tableau commun du processus (n'ayant pas « ramassé des pierres »1 ), elle « érode » sa Conscience! Sans savoir discerner le tableau – le réfléchit, invente de lui-même.
Par exemple, les savants, n’étant pas capables d'expliquer l'origine de l'Univers et de la Vie dans il, ont élaboré la théorie du « Big Bang » (cette expression pourrait se traduire en français par « Grand Boum »), bien que les gens lucides objectent qu'à l'aide de l'explosion, « le boum »,  on ne réussit pas encore à construire aucune usine, sans parler de l'organisme vivant qui est l'Univers!
L'astrophysicien moderne américain Chandra Wickramasinghe, d'une façon imagée a exprimé l'absurdité de ce processus : « L'ouragan qui passera en coup de vent au-dessus du cimetière des vieux avions recueillera un superavion neuf des morceaux de diverses vieilleries d'avion, plutôt que à la suite du processus accidentel il y aura une Vie vivante des composants accidentels! » Les données géologiques contredisent cette théorie: aussi loin pénétrions-nous dans la profondeur de l'histoire géologique, nous ne trouvons nulle part les traces de « l'ère azoïque », c'est-à-dire la période quand sur la Terre il n'y avait pas Vie – elle était toujours!  
Dans ce cas, on ne peut pas sous-estimer la ruse et l'adresse de « l'esprit d'enfant » de l’homme moderne. Quand l'enfant ne veut pas faire quelque chose ou il n'aime pas une matière d'école ou le professeur – quels miracles de l'adresse et de la fantaisie se manifestent chez lui! Combien d’affaires urgentes surgissent, combien de prétextes – pour ne pas aller à la leçon ou pour ne pas faire le devoir à domicile! Jusqu'à l'ablation des amygdales et de l'appendice. Il peut apitoyer ses parents, il trouvera et énumérera les gens coupables de ses problèmes...
De même l'Humanité – les gens adultes – pour éviter l'Évolution, notre dame de classe, se sont faits des imaginations! Ils ont menti comme on respire à un tel point qu'a déjà oublié, où est la vérité et où est le mensonge! Ils ont choisi le Diable coupable de tous ses malheurs. Ainsi étaient appelées et personnifiées les idées-formes de la Noosphère. Comme vous le voyez, où il est avantageux pour nous, nous personnifions ce qui n'existe pas dans la Nature, puisque les idées-formes de la Noosphère – c’est seulement des êtres incorporels énergétiques, des porteurs des programmes définis qui sont créés par la personne même. Cela est seulement un miroir de l'Humanité et « ne vous en prenez pas au miroir si vous avez la gueule de travers ».
Par cela même, la personne s'est trahie, ayant confirmé indirectement son appartenance à la « bête » de la Bible. Quand la personnification est désavantageuse pour nous (comme en cas avec Dieu), nous l’appelons poliment la Raison Supérieure, l’Absolu, etc. Aussi nous Lui reconnaissons pour l’Homme Vivante, mais seulement il y a longtemps mort, crucifié –  ainsi, il est plus confortable pour nous. Nous avons prié l'icône, la crucifixion (la divinité, mais non la Personne!), nous avons plaint, nous avons jeté des larmes, nous avons accompli quelques rites – et cela est suffisant pour Lui! Avec cela nous ne réfléchissons pas que toutes les ruses d'enfant, un jour ou l'autre, se terminent, au maximum, par le nouvel examen, au pis aller – par l’exclusion de l'école (mais dans le cas présent – de la Vie)!
 L'Humanité environ 2.000 ans est tourmentée par l'énigme de la phrase de la Bible :  « Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six »2 . Le secret consiste en la virgule et qu’il faut compter en pourcentage. La personne qui a le néocortex déconnecté entièrement et qui est dirigé par les parties inférieurs du cerveau, elle est un « bête » qui vit avec ses instincts! La latitude de sa Conscience se rétrécit jusqu'à 33,4 % (100 % – 33,4 % = 66,6 %).
Sa Conscience ne peut pas monter jusqu'à des Niveaux plus Subtils de l'Univers (rompre trois sceaux) pour lire de Lui l’information si nécessaire pour la personne même. La Conscience coopère avec les Niveaux des vibrations grossières – et c'est le monde des émotions, des sentiments et des pensées négatives. Du chapitre précédent on sait que les pensées humaines créent et nourrissent les idées-formes. Puisque par sa Conscience la personne coopère avec les Niveaux inférieurs de l'Univers, ses idées-formes sont créées justement sur eux. Les matériaux de construction servent les vibrations grossières engendrées par les émotions négatives, par les sentiments et par les pensées égoïstes de la personne. 
Vous savez déjà que les idées-formes sont douées de la puissance de vie et de la capacité mentale! Leur fonction principale est aider à la personne dans sa réalisation créatrice, dans l'acquisition des désirs. Si les idées-formes créées par la personne dans des Niveaux plus Subtils de l'Univers utilisent Leurs énergies, reçoivent la suralimentation de Dieu – coopèrent avec les énergies des fréquences encore plus subtiles, les idées-formes du niveau bas, par essence, ne peuvent pas percevoir les vibrations subtiles et les pensées propres, libre d’Ego. Pour la garantie de l'activité vitale elles ont seulement une issue : se nourrir de l’énergie de la pensée de la personne même. Jusqu’à ce que la personne soit jeune, ait le sang qui bout dans les veines, les idées-formes de la Noosphère l'aident dans la réalisation des désirs. En chargeant graduellement la Conscience des stéréotypes de toutes sortes du socium et de la Noosphère, la personne se trouve de plus en plus dans la dépendance des idées-formes étrangères. Elles dirigent la personne déjà en 66,6 %. Sa Conscience tombe en sommeil, en se rétrécissant jusqu'à 33,4 %.
Dans la Bible telles idées-formes s’appellent le Diable, la « bête ». En effet, ce n’est pas la bête, c’est un miroir reflétant l'essence de la personne. Avec le temps, quand le néocortex se déconnecte entièrement, chôme, la personne se trouve dans la dépendance des programmes destructifs en 95-98 %.
La particularité de la personne avec la perception sensuelle de la Vie est ce qu'elle comprend la Vie, ses événements et ses phénomènes de la façon spécialisé, bornée, limité, conformément à son intérêt, – en 2-5 %. Et avec cela la Conscience de deux pour cent se distingue de la Conscience de cent pour cent seulement par ce qu’elle perçoit une nouvelle information d'une manière émotionnelle et est spéculatif (théoriquement). Cela est lié avec ce que sa qualité principale – la logique – se développe seulement dans l'activité créatrice pratique demandant la compréhension profonde. Si la personne acquiert les habitudes pratiques, mais s'en sert mécaniquement (s’occupe du travail seulement habituel pour lui), sa logique n’amorce pas le processus de la compréhension et donc, la perception de la Vie pour lui reste émotionnelle, et la base de sa connaissance est la théorie (le magasinage d'information).
Certes, la personne avec telle Conscience limitée ne pense pas mettre quelque chose en pratique, d'une manière créatrice, pour mettre en doute ses connaissances et pour vérifier avec le résultat pratique de leur réalisation. On peut communiquer avec telle personne seulement au niveau de l'échange des connaissances théoriques (la transmission d'information et absolument au niveau émotionnel). Les relations au niveau de la logique pratique (l'affaire commune) – c’est une occupation absurde et inutile. Pour elle ce niveau est la zone d'éblouissement. La seule chose qu’on peut atteindre, c’est provoquer l'explosion des émotions négatives et de l'amour-propre offensé.
Le contact personnel aura le caractère émotionnel jusqu'à ce que la personne elle-même comprenne la nécessité de la réception des résultats pratiques, après quoi butera contre l'urgence de la compréhension de ses actions et de la réception des habitudes pratiques volontaires. Dans ce cas, chez elle il aura des questions concrètes au sujet de pratique.
Puisque la Conscience est un assortiment des programmes utiles, pratiquement appliqué à la vie de la personne, leur volume dans la Conscience de deux pour cent sera semblable au juste, de 2-5 %. Dans un tel état, toutes les dispositifs et les appareils électroniques (par analogie de la personne), sont capables pour brancher les yeux-diodes électroluminescentes signalant que l'appareil est branché, mais chez lui s'achève la charge de la batterie ou il n’a pas le logiciel. Mais la marge de sécurité de la personne est telle qu'elle, avec le logiciel de deux pour cent, au moins réussit à vivre, d'une façon ou d'une autre, en réalisant par-dessus la jambe ses fonctions, mises par la nature. 
Justement cela explique le fait que dans la mesure de son « développement », la conduite de la personne correspond moins à l'aspect déclaré. Si comparer la conduite des carnassiers les plus perfides avec la conduite de la personne, ils ont l'air des pacificateurs – les chevaliers d'honneur et de la parole. L’homme, en cultivant dans les relations interpersonnelles et interétatiques la duplicité, la fourberie, la perfidie et l'absence de la fidélité à la parole donnée, il devient semblable de plus en plus au fils de l'adversaire de Dieu que au rejeton du Créateur!
Il est naturel que ses possibilités sont extraordinairement diminuées et se limitent aux connaissances purement théoriques de ses fonctions humaines, ainsi que à la connaissance à peine, superficielle, avec le monde environnant. Pour s'identifier soi-même dans une grande mesure et connaître son être dans tous les aspects et les hypostases, il faut ouvrir la Conscience au minimum jusqu'à 33,4 %. Ce rapport de pourcentage, c’est cette ligne même qui sépare la ligne (le Diable biblique) de la Personne Raisonnable.
Et en outre il est nécessaire de porter l'accent non sur les pour-cent eux-mêmes ; plusieurs gens, en étant avide de succès, se font une obsession de ce pourcentage et ils s'arrêteront, en ayant enjambé la ligne désirable,  puisque les pour-cent eux-mêmes sont une certaine étape intermédiaire, ni plus ni moins. Dans ce cas l'essentiel est l'Évolution à titre du mouvement continu en avant, en atteignant la ligne en 33,4 %, 100 % et ensuite à l'infini, puisque dans ce cas l'Évolution ne se limite plus à aucuns chiffres et aux rapports de pourcentage, qui charment la Conscience émotionnelle de la personne le biorobot et n'impressionnent aucunement la Conscience de la Personne Raisonnable. N'oubliez pas, avec cela, qu’on peut franchir la ligne séparant la Vie de la mort, seulement par voie du développement de la logique à l'activité pratique commun avec les gens, quand il y a une vérification constante de l'information (de la théorie) avec l'activité créatrice professionnelle. 
Pour comprendre tout le dit, nous analyserons la relation des gens à la Vie. On sait que la qualité de la vie de chaque personne est définie par l'achèvement fructueux de l'affaire à qui elle se met. Mais la statistique indique que dans n'importe quelle affaire il y a seulement 1 % des gens fructueux, mais 99 % – des infructueux. La cause est l'appartenance de ceux-ci 99 % à la perception sensuelle (émotionnelle) de la Vie, et seulement 1 % des gens est capable de la percevoir logiquement, de la manière réaliste. La perception sensuelle de la Vie, comme il était dit plus haut, est privée d’une telle propriété comme la fidélité, et cela signifie que la personne s'étant mis à n'importe quelle affaire, ne le mène jamais à l'achèvement logique, à bon terme, ayant refusé le succès à deux pas de lui.
Bien que les gens ont un penchant pour observer la conduite des proches, mais ayant cédé aux émotions, sans savoir utiliser logiquement les connaissances reçues aux observations semblables, ils singent seulement, en déformant le processus de l'activité de l'autorité conformément à soi-même, que les mène à l'insuccès, à la panique et à la peur pour la vie. Certainement que les émotions semblables aggravent seulement la position de la personne, en créant la désadaptation supplémentaire entre ses désirs et la réalité.   
Vous pouvez objecter, ayant dit que la personne de son plein gré crée une telle désadaptation entre les sentiments et la logique dans la vie, il y a des raisons objectives pour cela, notamment ce qu’on ne l'enseignait pas.  C'est parfaitement exact, mais la raison est donnée à chacun comme la capacité intérieure de sa manifestation (intuition), il est important seulement d'apprendre à assumer la charge de sa vie personnelle et ne pas espérer en les traditions familiales, sociales et d'autres. Il faut apprendre à frayer de soi-même sa vie, sa carrière, et obtenir sa réalisation. Les connaissances de l'action réciproque des sens et de la logique, les connaissances de la théorie et de la pratique vous rendront le service inestimable dans cela.
Vous savez que dans la vie la personne est présentée par les sentiments (les émotions) et par la logique (la mentalité). Ce n'est pas un secret pour personne que les sentiments et les émotions est la manifestation de l'état du cerveau en l'absence de la Conscience, c'est-à-dire tous les sentiments appartiennent à l’inconscient ou à la subconscience et font, à son origine, notre conception du monde (l’attitude de programme envers la Vie ou l'ensemble des Images sur la Vie conformément à sa perception). Vous rappelez-vous que les classiques du marxisme-léninisme disaient à ce sujet. Ils indiquaient que nous percevons le monde, ses événements, les phénomènes, les particularités à titre des sensations (des sentiments), à leur base nous créons dans la tête l'Image de n'importe quel phénomène ou l'événement et seulement ensuite, si nous commençons à faire quelque chose, nous comprenons cette Image, parce que la Conscience peut connaître le monde seulement au moyen de l'affaire, de l’action.    
Donc, les sentiments nous sont donnés pour percevoir le monde environnant et ses événements, les gens et leurs actions, nous-mêmes et nos actions. En manifestant les sentiments, nous nous comparons aux gens environnants, nous définissons ce que nous pouvons faire et ce que d'autres gens peuvent faire. En nous comparant aux autres, nous ne faisons rien, nous n'entreprenons pas, nous raisonnons seulement, en nous occupant de la subtilisation théorique. Dans ce cas la mentalité pratique se tait, la logique bâtissant la chaîne des corrélations entre les phénomènes et les événements, elle garde le silence, donc, se tait la grande partie de la Conscience qui est capable d'embrasser tout le volume des événements de vie et des phénomènes se passant autour de nous. Nous nous trouvons dans l'espace limité par les sens, l'espace qui compose 2 % de tout le volume des manifestations de vie.
Ce n'est pas tout, cet espace de la mentalité et la perception de la vie en 2 %, il est rempli des émotions, des images sensuelles des désirs et des raisonnements errant dans notre monde des idées (des conceptions du monde) en désordre et en le chaos. Portez-vous votre attention sur vos pensées. Au moment donné vous pensez, par exemple, qu’il faut faire des achats – et vous ne comprenez pas entièrement le plan de vos actions ; vous rappelez que quelqu'un vous a dit quelque chose, votre pensée adopte un nouveau segment de l'analyse mentale. En principe, il n’y a pas aucun analyse, il y a simplement une comparaison – qui vous a dit quelque chose et comme vous l’avez répondu. Ayant passé le dialogue intérieur avec votre agresseur, vous adoptez les nouveaux raisonnements etc.   
Dites, comment on peut se concentrer sur l'affaire concrète, se trouvant  dans un état de la pensée confuse, on peut dire, la chaotique, comment on peut le traiter séparément, donner une forme de l'Image de l'Affaire et comprendre le plan de sa réalisation ? Votre cerveau se trouvant sous l'empire de l'analyse sensuelle comparative, il est incapable de faire cela. Quelle conclusion doit être tirée? La conclusion est très simple, il faut apprendre à diriger les émotions et à sortir au monde de la mentalité logique. La compréhension de la Vie de la position sensuelle et logique, ce n’est plus la subtilisation, mais la philosophie dont les conclusions doivent composer votre conception du monde. Bien sûr que cette compréhension se distinguera par le réalisme et par l'absence des limites de la perception de la Vie. 
Malheureusement, 99 % des gens ne peuvent pas faire cela. Le sens de la vie devient non pas l’affaire non et non pas la réalisation de soi-même dans lui. Leur sens de la vie est manifester ses sentiments et ses émotions, trouver le moyen de leur application, se prouver à soi-même et à tout le monde – que je suis bon, digne de l'attention et de l'imitation. Comment une telle perception de la vie peut exercer son influence sur sa qualité ? Il est très simple. Pour la Conscience l'affaire s'efface, elle est secondaire, et par conséquent sont secondaires les biens qui peuvent être donner par la vie, et le succès même devient insignifiant. À une telle perception la vie (la conception du monde) on peut appliquer beaucoup des forces et des soins pour améliorer la qualité de la vie, mais ils seront vains. N'oubliez pas que la Vie vous reflète votre représentation sur elle.      d'échappement
Quand l’homme est à bout de forces, ayant gaspillé l'énergie psychique pour la lutte avec les stress, il devient peu intéressant pour les idées-formes! Elles le jettent comme la matière usagée, abandonnée, l’homme perd les repères de vie. Les vieux stéréotypes s'écroulent, et pour la formation des nouveaux – il n’y a pas ni les forces, ni la santé, ni l’aide! Naturellement, il perd le sens de la vie, est déçu de tout, ayant gagné la dépression et du même coup se ruine lui-même encore plus.  
Certainement, la « bête » dans l'apparence de la personne n'est pas nécessaire pour la Nature, elle présente la menace et elle freine l'Évolution. C'est pourquoi l’homme ayant la conscience du Monde au-dessous de 33,4 % (dépendant des idées-formes étrangères en 66,6 %), durant les années de l'Apocalypse (25 années) sera enlevé de la Terre par la Nature. Si retourner le nombre 66,6, nous recevrons 99,9. Cela signifie que survivront seulement ces gens qui élargiront sa Conscience, et tels se trouvera 0,1 %.
À propos dire, « l'ouvrage à l'aiguille », à titre du progrès technologique, il ne peut pas être bien noté chez l'Évolution, on estime plutôt que cela n’est pas une dignité, mais une signe de l'amorçage par la personne du mécanisme de l'anéantissement de soi-même. C'est l'allusion que nous avons besoin de caveçon, il faut nous surveiller comme les enfants qui ont organisé les jeux avec le feu est nécessaire! C’est ce que se passe maintenant...

1 Ecclésiaste, 3 : 5.

2   Apocalypse, 13 : 18.

 
 
Précédent Contenu Suivant