Si existent l’Enfer et le Paradis ?

Si existent l’Enfer et le Paradis ?

À vrai dire, cette question entre dans les compétences de la religion, mais nous on le pose régulièrement, donc il faut répondre. Le Paradis comme le territoire du siège, le point sur la carte, est le Monde de Dieu, le Niveau le plus élevé de l'Univers, Son personnel de direction, le Monde des gens immortels et des possibilités illimitées de l’Humain. Il l'y a, comme on disait déjà autrefois, se trouve dans le système planétaire de Sirius. L'état du personnel de direction de l'Univers est composé à cent pour cent des gens qui sont venus avec Dieu de l'Univers passé.
 Maintenant notre Dieu forme encore un tel état pour l'Univers suivant, parallèlement avec la sélection et avec la préparation des candidats au titre et à la fonction de Son Dieu. Chacun des habitants de la Terre a une possibilité réelle de se trouver dans cet état. En cela consiste l'idée, le sens, la supertâche de l'existence de l'Univers et le critère de l'Évolution de notre Dieu. 
Si examiner les relations de la personne et de Dieu du point de vue de la Triplicité de l'Être, séparément nous représentons deux Pôles-Niveaux opposés de l'Univers. À la coopération active – deux Principes actifs ou deux phases de l'Évolution. Dans la statique, en l'absence de la coopération – deux points morts, infructueux de la Dualité! Dans ce cas la personne ne peut pas « naîtrede nouveau », recevoir l'immortalité, et Dieu n'accomplira pas sa tâche de la formation du personnel de direction de l'Univers suivant, donc Il freinera l'Évolution. Oui, la question est posée ainsi, parce que notre civilisation est finale sur la Terre, le plus développée dans l'Univers, et aux originaires d'elle est assigné un rôle important dans le fonctionnement de cet appareil administratif.  
C'est pourquoi Dieu lui-même participe activement et sans intermédiaire au contact avec l'Humanité, à nous rendre l’information sur l'état des affaires dans l'Univers en instance, participe au travail au Système de l'Harmonisation de l’Individu et à la Doctrine Secrète. Comme vous comprenez, Il a, pour cela, la motivation et l'intérêt personnel! Et en outre ce contact et la coopération de l’Homme et de Dieu ont eu lieu au moment le plus nécessaire pour l'Humanité et pour l'Univers – à « l'heure X » pour la première fois durant toute l'histoire de son existence. 
Justement grâce à la participation de Dieu, on peut appeler « La Doctrine Secrète » courageusement comme « Testament Plus Récent », et « le Système de l'Harmonisation de l’Individu » – « Manuel de l'Évolution ». L'Humanité jusqu'ici n'avait aucune chose semblable, et si elle rejettera ces connaissances, ne les aura jamais plus! Les tentatives de quelqu'un de composer quelque chose semblable sans participation de Dieu, seront vaines! Il considère qu’Il a déjà participé, et Il n'a pas plus l'intention de revenir à ce travail. Si répéter le même encore une fois, ce sera déjà une farce, parce que « l'heure X » passera. Donc un tel travail n'aura pas de bon sens (est utile tout ce qui est à propos). 

Deux chevaliers (la parabole de Paulo Coelho, « Maktub »)
« Allons jusqu’à la montagne qui est la demeure de Dieu, suggéra un cavalier à son ami. J’ai l’intention de prouver qu’Il ne sait qu’exiger et ne fait rien pour alléger notre fardeau.
- Eh bien, je vous accompagne pour démontrer ma foi », répliqua l’autre.
Ils atteignirent le soir le sommet de la montagne, et ils entendirent une Voix dans l’obscurité : « Chargez vos chevaux des pierres qui jonchent le sol. »
« Vous voyez ? fit le premier cavalier. Après l’ascension que nous venons de faire, Il veut encore alourdir notre charge ! Jamais je n’obéirai. »
Le second cavalier obtempéra. Lorsque enfin ils arrivèrent au pied de la montagne, l’aurore pointait, et les premiers rayons du soleil illuminèrent les pierres du pieux cavalier : c’étaient les plus purs diamants.
Le Maître dit :
« Les décisions de Dieu sont mystérieuses, mais elles penchent toujours en notre faveur. »

Le Paradis comme la récompense des souffrances terrestres et des bienfaits, l'état affectif désiré sous forme de la béatitude éternelle ou de la jouissance du Paradis ou on peut « rompre l'andouille au genou », il est inaccessible. La personne dès temps antédiluviens se rappelle que tout cela s'appelle le Paradis, mais elle a oublié tout à fait qu'il représente en fait. C'est-à-dire elle ne connaît pas, qu'est-ce que c'est et où on peut lui chercher.
En réalité le Paradis est compris par la personne comme un désœuvrement et un agréable passe-temps dans le Monde Subtil (après la mort), mérités sur la Terre par la foi, par les souffrances et par les bonnes affaires. Non sans raison, selon le rite chrétien, on pose les mains de l’homme décédé sur sa poitrine, en signe que son travail s'est achevé. En l’accompagnant pour son dernier voyage, on parle : « Ses souffrances ont pris fin, il est reposé ». Eh bien, c’est près de la vérité. Si prendre en considération que soixante-dix cinq – quatre-vingts pour-cent des morts se trouvent dans la catégorie des âmes désœuvrées, le Néant – à titre du séjour de l’âme au corpuscule – c’est un repos éternel! 
Du point de vue du Monde Subtil, l'état de la béatitude éternelle, de l'harmonie ou de l'amour véritable est accessible seulement par une voie – par le perfectionnement moral et l'ascension sur la verticale évolutionniste. La béatitude éternelle à travers le travail éternel, aimez-vous cela ?
L’Enfer comme tel, avec les diables et avec les poêles à frire, comme il semble, il n'existe pas! Chacun peut l’arranger pour soi-même, en se trouvant à n'importe quel Niveau de l'Univers, excepté la Terre! L’Enfer est une auto-isolation volontaire à titre du labyrinthe des déductions subjectives, éloignées de la vérité. La personne se trouve dans un tel labyrinthe, ayant créé son Univers Virtuel intérieur qui se distingue tout à fait de l’Univers Véritable et est éloigné d’il comme le ciel de la Terre. Elle en doit sortir aussi volontairement, ayant reconnu son tort et les erreurs, ayant joint, ayant réuni l'Univers Virtuel avec le Véritable.   
À présent, l'Humanité a construit pour elle-même l'impasse semblable. Il y a ici une finesse subtile et délicate que la personne doit sortir de l'Enfer, mais il est impossible de sortir de l'impasse terrestre sans l'aide accessoire – la personne doit être emmenée par une autre personne qui connaisse – qu'est-ce que c'est et comme sortir de cette impasse! Alors l'orgueil peut « se déchaîner » : « Qui es-ce ? Je sans toi connais toutes les choses! », etc., à l'infini …   
Nous observons une telle réaction bien souvent. Pour le moment, à l’achèvement du premier livre, sur la Terre il y a pas plus d’une dizaine des gens qui ont quand même une notion de ses impasses. C’est encore une des raisons de ce que moins d'un pour-cent des habitants de la Terre aura le temps de sortir de l'impasse actuelle. L'explication est simple : il n'y a pas de guides! Et les gens se montrent soupçonneux à l'égard de ceux qui existent : « Et si non de sombre eux des forces ?», s'ils ne nous pousseront pas dans une impasse? Vous permettez, nous sommes déjà dans l'impasse! Et n'importe quel mouvement sera seulement de l'impasse, au grand jour! Si c'est véritablement le mouvement, mais non le piétinement suivant et usuel, avec les déclarations des intentions de gouverner le Monde!  
En travaillant avec les gens, nous nous sommes heurtés à ce problème tout près. L’homme sollicite l'aide de nous, en demeurant dans la Conscience dormante. Dans le meilleur cas, la connaissance avec l'information s'achève pour lui par l'incompréhension, au pis aller – par la protestation acharnée et par le désir de démentir tous nos arguments et raisons pour n’en entendre plus jamais!
Il commence « à plier les doigts » que d'autres auteurs parlent de la même chose, lui-même lisait et connaît beaucoup de choses à ce sujet, il tentait de mettre en pratique beaucoup de choses, etc. La raison de l'incompréhension se trouve dans une très grande divergence de notre information avec le point de vue courant, canonisé. Durant les 2000 dernières années s'est accumulé un certain retardement de l’humain de l'Évolution. Cette divergence pour la Conscience dormante est un principal irritant.    
Pour l’homme, c'est le moindre de ses soucis la plénitude de la conformité de ce qui est écrit dans le livre et dans notre Système, avec ce que se passe autour! Ce qui l'inquiète seulement, c'est la non-conformité, la non jonction de ce qui passe réellement, ainsi que de ce qui est écrit – avec ses clichés (ses stéréotypes). Justement les stéréotypes sont le critère de la perception de la Véridicité, c'est-à-dire le degré de la perception par la personne des processus objectifs de la Vie. Les stéréotypes limitent la Conscience, en l’orientant vers les instincts sensuels, vers l'Ego, vers la perception subjective des processus objectifs de la vie, et cela crée une principale contradiction entre la personne et la réalité. Pour l’homme égocentrique c'est égal – que lui arrivera-t-il et que se passera-t-il dans le futur de l’Humanité? Parce que par une telle conduite asociale se confirme seulement le fait triste qu'il n’appartient pas à lui-même, mais se soumet en cent pour-cent aux idées-formes de la Noosfère – au Diable!
Vous pouvez imaginer – combien du travail, des forces et du temps il faudra appliquer pour fournir la Vérité à un tel martyr. Chacun aura besoin de son Sauveur personnel, et il tentera immanquablement de lui crucifier! Il y a seulement un problème : il est nécessaire de le sauver de lui-même, de l'obscurité et de l'obscurantisme de l'ignorance. C'est pourquoi le deuxième avènement de Christ n'aura pas lieu – en étant absolument seul, Il ne viendra pas à bout! Pour son sauvetage, l'Humanité devra élever des Sauveurs dans son collectif. Nous nous occupons de cela.  
Rappelez, comme dans l'enfance vous étiez éveillés par la mère par un seulement l'attouchement tendre, la personne peut s’en rappeler toute sa vie. C'est un moyen du réveil. Un réveil-matin avec alarme extra forte – c’est un réveil qui peut gâcher l'humeur du jour. Et enfin le cas extrême : des jeunes soldats-recrues dorment la première nuit dans la caserne, voient les rêves « domestiques ». Et soudain, au moment le plus intéressant, à six zéro-zéro, l’hurlement du planton se fait entendre : « Compagnie, debout! » C’est uneimpression inoubliable, pour toute la vie restée! Au départ c'est une irritation, mais dans la suite elle se transforme en mélancolie douce de la jeunesse qui a passé…  
Les Parents tentaient de réveiller l'Humanité dans « l’enfance » par les appels et les exhortations tendres. Rappelez Jésus-Christ, Bouddha et d'autres messagers du Monde Subtil! Puis deux mille années Ils nous tiraillaient, tentaient de faire reprendre nos sens à l'aide de divers phénomènes négatifs du caractère naturel et social. Mais l'Humanité n’écoute pas! Au total ils ont déclenché le signal éclatant d'alarme, à titre de l'Apocalypse qui, selon l'idée, peut réveiller le mort! En plus « La Doctrine Secrète des jours de l'Apocalypse » et les voix des autres gens veillants hurlent : « Debout! À vos rangs! »
Il n’est pas de secret que parfois la botte de soldat vole au planton pauvre, comme au trouble-paix, et le messager du Monde Subtil se trouve souvent sur la croix! C'est la vie, il est impossible de supprimer un mot de la chanson. Cependant il n'y a personne à accuser, quand même, il faudra nous réveiller, il est dangereux continuer à dormir!
Bien des gens qui ont lu nos livres, ils sont perplexes longtemps : que doit-il être fait pour se trouver dans l’Enfer ? La réponse concrète et explicite à cette question est donnée par la parabole suivante.

Deux voisins (la parabole de T. Suvorova)
Il y avait un ciel sans fond, et sous lui – une steppe infinie. Dans la steppe vivait deux hommes, et leurs maisons se trouvaient côte à côte. Les deux voisins aimaient marcher sur l'herbe épaisse, baigner ses mains dans le courant de la rivière lente, et pendant la nuit regarder à la hauteur, aux Étoiles. À tout prendre, ils vivaient en bonne harmonie, bien que le Premier voisin grondait assez souvent le Deuxième. Celui-là ne respectait pas d'anciens rites inscrits dans un gros livre usé et s’il lisait quelque chose sur la vie des grands ancêtres, alors donnait beaucoup de questions. Des centaines de fois le Premier voisin le menaçait des châtiments du Ciel, mais celui-là ne comprenait pas – pourquoi faudrait-il punir ? Mille fois le Premier voisin parlait sur la force terrible du Mal, mais le Deuxième riait seulement.
Et voici une fois l’Être de l’Enfer arriva à la steppe, il était couvert de la mucosité et était tel laid que cela ne saurait se décrire. Il s'approcha de la porte du Premier voisin et demanda de laisser entrer, puisqu’il n'a pas la force de rester dans l’Enfer. Le Premier mit la main sur le Livre Sacré et chassa l’Être. Et il se traîna à peine par la steppe. Le Deuxième voisin le vit et voulut apprendre, qui va par les herbes. Il  s’approcha de l’Être et se mit à parler avec lui. Et ensuite il l’invita à la maison.  
Le lendemain les voisins se rencontrèrent près de la source. Et le Deuxième écoutait les jurons du voisin et répondit :
– Je regrette l’Être de l’Enfer, il est malheureux.
Depuis ce temps-là le Premier voisin a cessé de marcher à la maison que se trouvait côte à côte. Et il chassait de lui-même le voisin, et les gâchettes les Adjurations de la Protection. Et le Deuxième marchait avec l’Être de l’Enfer, et lui parlait – comme s’appellent des pierres sur la terre et des poissons dans les ruisseaux. Et la nuit il montrait à l’Être les Étoiles. Au début l’Être les craignait et tremblait au regard sur elles, mais le Deuxième voisin disait qu'elles sont bon. Et l'Essentiel a cessé de les craindre.  
Mais une fois le Seigneur de l’Enfer trouva l’Être perdu par lui. Il entra dans la maison du Deuxième voisin et enjoignit à l’Être de lui suivre. L'Être se mit à trembler, regarda le Deuxième et marcha chez le Seigneur de l’Enfer. Et alors l’homme dit au Seigneur :
– Quitte!   
Et celui-là ne put pas rester. Mais l’Être ne pouvait pas s'opposer à l'appel de son maître. Et le Deuxième retint l’Être près de la porte, et regarda en face, et vit dans les yeux la tristesse mortelle. Et demanda – comme on peut retenir l’Être. Il soupira et dit qu'il y a un moyen, et seulement un. Mais il n'en racontera pas : le Deuxième mourra, si fait ainsi. Mais le Deuxième insistait, tenait l’Être avec peine et cela lui faisait mal, très mal, puisque le Seigneur de l’Enfer luttait avec l’homme à tour de bras. Mais il est très difficile de lutter avec toutes les forces de l'Enfer. Et l’Être pensa: « Lui fait mal. Il me faisait beaucoup de bien et ne demandait rien en échange. Pour qu’il me relâche et ne se tourmente pas, je dirai : en tout cas il n'essaiera pas ce moyen ». Il dit :
– Il faut m'embrasser sur la bouche, par cela tu m'accepteras au monde de la Terre.
Et immédiatement l’homme a embrassé l’Être de l’Enfer sur la bouche nauséabonde muqueuse. Et les deux tombèrent raide mort.
Alors alla le Seigneur de l’Enfer chez le Premier voisin – et celui-là a fini à mettre le mur entre son jardin et le jardin du voisin, ayant peint ce mur de centaine d'adjurations. Le Premier vit le Seigneur de l’Enfer, commença à chuchoter les Paroles de Garde. Mais le Seigneur de l’Enfer sourit seulement, montra tous ses crocs terribles. Le Premier voisin se rappela la plus forte prière, en lut jusqu'à la fin, mais le Seigneur de l’Enfer ne recula pas d'un pas devant lui. Et il dit : 
– Il n'y a pas dans toi ce que donnerait la force à tes paroles.
Le Premier objecta :
– Je ne tuais jamais, je ne volait pas et je ne mentait pas, plus que la mort je craignait de faire quelque chose incorrecte. Je respectais les anciens livres et j’accomplissait les anciens rites. Il ne peut pas être qu’il n'y a pas de force dans moi.
Le Seigneur de l’Enfer sourit encore plus largement, montra encore plus terriblement ses crocs:
– Il ne suffit pas de ne pas tuer et ne pas mentir. Mais ce que tu adores les anciens paroles, en ayant oublié qu'ils sont altérés par les copistes une centaine de fois, et du commencement même aucun livre ne peut pas contenir toute la Vérité, – cela ne t'empêche pas d'être mon butin légal.
Le Premier voisin cria :
– Mon voisin doute de beaucoup de choses, son péché est plus fort! Prends-le!!!
Et le troisième sourire du Seigneur de l’Enfer était encore plus terrible :
– Qui cherche la Vérité est innocent. Ton péché est le plus terrible de tous imaginables dans l'Univers : tu ne vivais pas, au moins on te donnait la Vie!
Et il emporta le Premier voisin directement à l’Enfer.
Mais dans des ans, l'adolescent mince vivait dans la ville blanche au bord de la mer immense, à qui le Soleil et les Étoiles regardent comme au miroir. Il aimait marcher sur l'herbe épaisse, toucher les ondes froides du ressac, regarder les Étoiles pendant la nuit. Et le soir, quand la ville dormait déjà, en descendant des Étoiles, l’homme avec l'épée et dans les armures blanches venait souvent à l'adolescent. Cet homme était le Deuxième voisin ancien et l'adolescent – l’Être de l’Enfer.   

Il nous reste à apporter certaines explications. À titre de l’Être rebutant de l’Enfer on se montre l'aspect négatif de la vie accepté par le Deuxième voisin sans hésiter. Le Premier a pris seulement le bon côté, clair. En fin de compte, ce champion de la sainteté et de la spiritualité raffinée a contenté directement à l’Enfer. Si prendre en considération que la bonne moitié des habitants de la Terre est préoccupée par une soi-disante spiritualité (justement à tel titre, éloigné de la vie), en même temps en sauvant soigneusement la deuxième moitié, c’est justement ainsi que la majorité pléthorique se trouvera pas du tout là où elle veut soigneusement se trouver.  
Oui, Dieu est la Vie, dans toute la plénitude et la diversité, avec la lâcheté et la vilenie. En acceptant seulement le Bien, la personne tente de démembrer Dieu. Mais Dieu, comme chaque homme normal, n'est pas d'accord catégoriquement avec une telle perspective, c'est pourquoi Il expédie, comme un vice de fabrication, au lit de fusion tous qui tentent de faire la coupure de son Créateur. Mais comment faut-il agir ?  
L’homme, étant la Couronne de la Création, a fait une gaffe par ce qu'il est venu sur la Terre seulement pour recevoir, en tout assurance qu'il est digne du meilleur. Mais le crime ne consiste pas en cela. Dieu a donné à l’Existence tout qu’Il pouvait donner initialement, quand Il a inspiré la Vie à l’Univers, il faut seulement prendre que tu demandes. Naturellement, ayant accompli la fonction définie, destinée seulement à toi, dont pivot est le Choix volontaire continu! 
Le malheur consiste en ce que la personne veut recevoir la chose prête, ayant ignoré l'exécution de sa fonction. À titre des paiements, de l'équivalent, il propose la foi en Dieu, le progrès scientifique et technique et la chimère – la justice sociale. Mais la foi non confirmée par le Choix volontaire et par sa réalisation Créatrice dans la pratique, elle est une statique. Pour apprendre à faire le Choix volontaire, en restant dans le dynamisme, il faut amorcer le néocortex et être connecté à la Chaîne de Dieu. Seulement dans ce cas on peut commencer à recevoir le seul que Dieu a pour chacun de nous – ce qu’Il dispense sans limites et les restrictions, ce sont des aides-indications gratuites. 
Dans la parabole, il y a encore un aspect de l'Existence (et le Premier n'a pas manqué de l'aggraver), c’est l’attitude envers tous les êtres vivants qui étaient nommés par le poète1 comme « nos petits frères ». Le problème ne consiste pas seulement dans ce que l’homme les évince (fait déguerpir) impitoyablement de la surface de la Terre. Cela est seulement une petite offense, à titre du mal inévitable. Son péché consiste en la mauvaise volonté catégorique de reconnaître les Âmes des petits frères comme les égales de la sienne. Et ce n’est pas simplement le péché, c’est un rejet complet de l’Évolution des Âmes qui est la pierre angulaire, l'Idée et le pivot de tout l'Univers. Du même coup l’homme arrête l'Évolution de son Âme personnelle. La vie est donnée, mais il ne vivait pas dans elle!  
Quant à la perte du Deuxième voisin avec l’Être de l’Enfer, le plus probable est qu’elle symbolise la destruction de la Mort sur la Terre comme le phénomène opposé à la nature des objets. Mais cela aura lieu après ce que la personne admettra à sa Conscience la Vie dans toute sa plénitude, sans moindres tentatives de son amputation et découpage.

1 Sergueï Essénine (1895 – 1925) est un poète marquant de la Russie du XXe siècle.
 
 
Précédent Contenu Suivant