La voie Dao pendant l'Apocalypse

La voie Dao pendant l'Apocalypse

Vous demanderez : et que rapport le Dao (Tao) a avec cela ? Le fait est que notre Système, selon son esprit, selon la flexibilité dans l'application, selon l'absence des rites et des dogmes, il est plus proche du Dao. Donc, qu'est-ce que c'est le Dao ?
Le Dao, à la traduction de chinois, « la Voie Infinie (le Chemin Infini) », l'Évolution. Quel sens au Dao mettent les Chinois eux-mêmes – les fondateurs du Dao, nous essaierons comprendre de la parabole.

Qu'est-ce que c'est la voie ? (la parabole de dao)
La Grande Propreté demanda à l’Éternité :
– Connais-tu qu'est-ce que c'est la voie ?
– Je ne connais pas, – l'Éternité répondit.
La Grande Propreté demanda le même à la Non-Action :
– Je connais, – la Non-Action répondit.
– Si tu connais la voie, dis-moi, possède-t-elle des destins ?
– Elle possède. –Quels destins sont-ils ?
– Ceux-ci que je connais, ils peuvent être nobles, peuvent être vils, peuvent être joints, peuvent être divisés. Voici sont les destins de la voie que je sais.
La Grande Propreté demanda de ces mots au Sans-Initial:
– Qui d'eux est dans le vrai et qui n'a pas raison? l'Éternité avec son ignorance ou la Non-Action avec sa connaissance ?
– L'ignorance est plus profonde, mais la connaissance est plus menue, – le Sans-Initial répondit. – l'Ignorance est l’intérieur, mais la connaissance – est l’extérieur.  
Et ici soupira la Grande Propreté:
– Alors, l'ignorance est la connaissance ? Et la connaissance – est-elle l'ignorance ? Mais qui connaîtra la connaissance de l'ignorance ?
– La voie n’est pas audible, – le Sans-Initial répondit, – si elle est audible, donc ce n’est pas la voie. La voie est invisible : si nous la voyons, donc ce n’est pas la voie. La voie ne peut pas s’exprimer par des mots; si elle est exprimé, donc ce n’est pas la voie. Celui-ci, qui a connu l’informe formant les formes, il comprend qu’on ne peut pas nommer la voie... Ceux qui demandent de la voie et répondent d’elle, ils ne connaissent pas la voie, – le Sans-Initial continua. – Que même celui-ci qui demande de la voie n'entendait pas encore sur elle. On ne peut pas demander de la voie, il n'y a pas de réponse au questions sur elle. Celui qui demande est sans issue. Celui qui réponde à ce sur quoi est impossible de répondre, il ne possède pas la connaissance intérieure. Celui qui, sans posséder la connaissance intérieure, attend les questions poussant dans une impasse, n'observe pas l'univers dans l'extérieur, ne connaît pas la chose primordiale dans l'intérieur. C'est pourquoi tels ne peuvent pas remonter sur la montagne de l'Union des Frères Aînés, tels ne peuvent pas voyager dans un grand vide. 

Comme vous le voyez, l'argumentation théorique du Dao, ainsi que la Vérité, elles n’existent pas, tout est fondé sur les sentiments, sur les images, sur les associations. Il n'y avait aucun besoin de cela. Les sages qui ont atteint l'éclaircissement de la raison, qui ont connu le Vrai Sens de la Vie, ils n'aspiraient pas à remettre son expérience aux gens, car tous les gens ne pouvaient pas devenir les ermites, et justement la vie d'ermite demandait la voie de la libération de la Conscience des attachements matérielles. En vivant à l'écart de la société, en communiquant avec la nature, il est beaucoup plus facile de se changer soi-même. Les sensations provoquées par la nature, à l'influence sur la personne, elles pacifient sa mentalité, développent la finesse d’Âme et la sagesse grâce au développement de l'hémisphère droit et à la mise en action du néocortex. Les ermites, les yogis, les moines aussitôt faisaient pénétrer les connaissances reçues par l'intuition, dans la pratique, en les cristallisant au niveau des images et des sensations, sans la forme verbale, que leur donnait la possibilité de monter l'escalier évolutionniste.
Ces connaissances étaient inaccessibles aux simples gens (qui passent sa vie dans la mondanité, dans la société) à cause de leur éloignement des besoins momentanés du socium (à cause de la chute de la réalité) – parce qu’ils ne sont pas réclamés. En réalité, les ermites tombaient de l'Évolution. Au total les sages vivaient de sa vie, mais les hommes du peuple – de la sienne. Ceux-ci qui voulait connaître la Vérité, ils étaient acceptés comme des élèves, ils devaient doubler clairement et observer tout ce que le professeur faisait. Si l'élève atteindra l'éclaircissement ou non, c’est vraiment son affaire, son problème. 
Si l'Âme est prête à connaître la Vérité, l'élève la connaissait; si non, donc la Vérité restait pour lui fermée pour toujours. Il n'y avait pas définition précise de la Vérité. Personne ne pouvait pas l'expliquer intelligiblement. Pour remettre ses connaissances d'une manière ou d'une autre, on inventait les paraboles. Et ont commencé à trouver que la Vérité est inexprimable avec l'aide du mot, on peut la remettre seulement par les paraboles. Nos aphorismes et anecdotes reflètent aussi les lois objectives de la vie, mais peu de gens progresse grâce à eux. De même la parabole, les gens l'écoutaient et l’oubliaient sans tarder. C'est pourquoi la parabole existait par elle-même, mais la vie réelle des gens – par elle-même. 

 
 
Précédent Contenu Suivant