«Le travail avec l'information»

«Le travail avec l'information»

Nous puisons la nourriture pour les réflexions et les sujets des articles des lettres de nos lecteurs, ainsi que des attaques mordantes et des commentaires de nos respectables adversaires, pour quoi nous les estimons et nous remercions. Ne fait pas une exception l'article critique, complet du pathétique du paragraphe «La critique» sur le site «Le recouvrement de soi-même».

L'interrupteur secret des contacteurs Blanc

(La critique du livre d'Alexander et Tamara Blanc «La Doctrine Secrète des jours de l'Apocalypse»)

Un de ces jours j'ai reçu la référence à une «livre important» (combien d'ils étaient déjà!).

Les auteurs Alexander et Tamara Blanc ont «bouche de miel, cœur de fiel», leurs buts sont terrible. Voici comme les auteurs à la fois dès le premier chapitre «lancent» leur création:

«Dans le livre sont exposés les représentations « d'en Haut» sur la personne elle-même comme sur tout le Monde qui nous entoure, les opinions qui parfois différent diamétralement de l’opinion courante et habituelle. Elles sont capables de choquer d'abord. Il est probable que vous avez une question en ce qui concerne le nom, et en général, s'il y a un besoin d’inquiéter l'Esprit d'Elena Blavatsky, l'auteur de «La Doctrine Secrète»? Nous pouvons répondre affirmativement: «Oui, il y a tel besoin!» Le fait est que nous avons pris d'Elena Blavatsky non seulement le nom. Nous avons emprunté l'idée elle-même du livre: ni peu ni beaucoup – découvrir le secret de l’Origine de la Vie et de tout l'Univers!»

Pour que le lecteur n'ait aucuns doutes au sujet d'eux de son «éloignement immense» des écoles spirituelles connues, Blanc «lèvent la planchette» encore plus haut. À vrai dire, un peu plus tard ils atténuent un peu la «chute» des sommités, ayant reconnu leurs certains mérites:

«La tentative analogue au siècle passé était entreprise par l'époux Roerich, Elena et Nicholas, qui ont fait pour cela le voyage à l'Himalaya, pour les recherches de Shambhala mystérieux. Mais, à grand regret, le but proposé par eux n'était pas atteint... L'authenticité est mesurée seulement par le profit pratique de l'information, d'autant plus que prétendant s'appeler la Doctrine: «C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez ». Malheureusement, ni Blavatsky, ni Roerich, ils n’ont pas réussi à réaliser ses plans...

Beaucoup qui se mettaient à l'étude des travaux de Roerich et Blavatsky, ils manquèrent de force pour les lire jusqu'à la moitié. Les auteurs honorables posèrent pour règle que tout l'incompréhensible doit être expliqué par la langue compliquée et à l'aide du baragouinage. La cause de cet malchance ne réside nullement dans le fait qu'ils ne sont pas arrivés à l'information Véritable (Nicholas Roerich et sa femme Elena Roerich en l'Himalaya et Blavatsky par le contact). Notre conviction profonde est que eux-mêmes, ils découvrirent le fond de la Vérité (!!!), mais ils n’ont pas pu l'énoncer (!!!) ou ils n'ont pas eu assez de temps pour le faire». 

Et ensuite les auteurs apportent «la clarté complète» au sujet du pourcentage de la vérité chez eux et chez «les sages et chez les philosophes de l'Orient» (ferez l'attention à la langue dure de l'exposition):

«Mais il faut rendre justice: la lecture des travaux de Nicholas et Elena Roerich, de Hélène Blavatsky, des livres des sages et philosophes de l'Orient, ainsi que la visite de telles places exotiques comme l’Himalaya ou la Vallée des Pyramides, contribuent au dévoilement de la Conscience pour 1,5 – 2 pour-cent. Les gens l’appellent comme l’illumination, la connexion ou l’initiation. Si on considère que notre Conscience est ouverte seulement à deux – cinq pour-cent, l'augmentation des cent pour-cent, en effet, est perçue comme l'illumination! Mais celui-ci cent pour-cent est seulement le supplément insignifiant de la norme général de deux pourcentage; et de plus l’ouverture semblable de la Conscience se passe spontanément, n'est pas dirigé par l’homme, c'est donc qu’il aussi ne peut pas devenir le maître de sa vie et son destin!

à l'aide de notre Système, avec l’attitude sérieuse à l'égard de l'affaire, on peut d'une manière orientée découvrir sa Conscience jusqu'à cinquante pour-cent (ayant pris pour le point de départ la Conscience à cent pour cent) ou pour deux mille quatre cents pour-cent (si prendre comme base ces deux pour-cent «standard» de la Conscience) au cours de six mois. Comme vous le voyez, les chiffres sont incomparables, c’est 24 fois plus grand. Vous trouverez une confirmation pour les calculs cité dans le livre, à titre des comptes rendus des gens qui ont cru en nous et se sont assimilés le Système de l'Harmonisation de l’Individu dans la pratique. Croyez : c'est un grand Exploit de leur part!»

Voici une telle arithmétique «convaincante». Il n'y a rien à bourrer le crâne par Blavatsky et par les Roerich «incompréhensibles» qui n’ont touché pas à la perfection», – prends le Système prêt et «deviens  serein», grand bien te fasse! Le lecteur pensant après ce chapitre d'introduction ferme d'habitude le livre, mais nous passerons plus loin et nous trouverons le baluchon imperceptible en apparence (parmi l'entassement immense de l'information!), qui, si de lui siroter, nous amènera vite aux cibles réelles des «sauveurs» de l'humanité ... 

Ne tombez dans le piège!

Youri. L’auteur du site «Le recouvrement de soi-même».

Nous, on veut bien, nous comprendrons avec cet article. Mais il faut élargir et approfondir le sujet du «travail avec l'information». Pourquoi elle est mis entre guillemets? Parce que l'auteur a raison de son point de vue. Justement le travail avec l'information qui ne trouve pas l'application pratique, est la raison de tous les malheurs de l'Humanité. Il y a une telle anecdote:

Le Tchouktche vint chez le chaman pour apprendre, quel hiver sera. Le chaman pensa: «Je dirai que l’hiver sera chaud, mais soudain il sera froid – le Tchouktche se glacera sans bois», et dit:
– Cependant, l’hiver sera froid. Vais, Tchouktche, fais provision de bois pour l'hiver. 
Le Tchouktche partit, mais le chaman pensa et décida: «J'irai chez le géologue et chez lui j'apprendrai exactement quel l'hiver sera».
Il vient chez le géologue:
– Dis, quel l'hiver sera.
– Très froid.
– Exactement?
– Exactement, tu vois – le Tchouktche fait provision de bois pour l'hiver.

Ici le chaman et le géologue, le mieux possible, expriment la position de la religion et de la science. En l'absence de l'information véritable se fait la retouche vers le «client». La commande sociale est accomplie. Le Tchouktche est informé «honnêtement,  sans parti pris et en pleine conformité avec ses regards». Le chaman et le géologue ont gardé sa place sous le soleil, il ne les faut pas se reclasser dans les conducteurs des cerfs. Mais ce que la vie réelle peut se trouver non une telle comme elle est prédite, – nous nous retrancherons derrière l’imprécision de mesure, derrière les circonstances de force majeure imprévue, et derrière les intrigues des forces sombres. Voilà, à proprement parler, tout le principe simple du travail de la personne avec l'information.  

Il faut différencier absolument toute l'information par ce qui profite dans la vie réelle, pratique, dans la solution des problèmes de la personne concrète; et par ce qui n'est pas utile à elle (et donc est nuisible). La solution des problèmes – justement de la personne même, mais non des groupes des adhérents, de l’État, du socium ou de l'Humanité. Parce que, sitôt que l'information déborde le cadre des intérêts et des besoins de la personne certaine, elle commence à travailler à la fois au détriment d’elle-même. Et même si ces intérêts sont déclarés à tous les coins, ils ne se défendent jamais et ne sont pas pris en considération. Mais pour détourner l'attention, on trouve le «coupable» sous forme des Forces sombres avec leur information nuisible. Il est très confortable – désigner du doigt et crier: «Au voleur!» Cela fonctionne impeccablement. Tel est le point de vue du Monde Subtil et Dieu sur l'information comme l'alpha et l'oméga de l'Humanité, son jouet aimé et la vache sacrée.

Dans un tel cas, quel sens donnent-ils à cette notion, et sous quel forme se trouve l'information dans l'Univers? Il a été déjà dit sur le sens de l'information. Le sens se trouve seulement dans l'information permettant de solutionner des problèmes quotidiens de la personne concrète. Sans aucunes interprétations: «et pour peu que ...», «et si quelque chose aura lieu ...»!

Dans le Monde de Dieu, l'information se trouve dans l'Espace informatique de l'Univers. L'accès à elle est ouvert par tout le monde, mais seulement par la communication intuitive avec le Moi Supérieur. Et comme on peut mettre un bâillon à nous que nous ne sommes pas les premiers, si tous nos prédécesseurs n'ont pas pu expliquer distinctement, qu'est-ce que c'est, pour ne parler des pas pratiques pour ouvrir cette communication!

Puisque nous est adressé le reproche de ce que notre information est reçue «des forces sombres», il faut expliquer la technologie des relations de la personne avec le Monde Subtil. Le travail avec nous on mène ainsi: on donne les aides, les allusions, les idées, après quoi nous recevons la leçon éloquente à titre de la situation pratique avec nous ou avec quelqu'un des gens connectés au Système. Puis la pause expectante: «Vos actions?» C'est-à-dire le contact avec Dieu est non la réception des textes et des traités, avec l'échange profond ultérieur des opinions et des déductions. On donne le commandement d'introduction, avant tout il faut voir, comprendre qui est derrière lui, on donne la recommandation non importune de Dieu (mais au fond, l'ordre), il faut lui comprendre, généraliser, par l'assimilation des normes. Dès que la leçon est étudiée, il faut attendre la suivante. Ainsi, toute notre soi-disante information est rien d'autre que le flot continu des leçons récupérées consciencieusement, qui sont notées, de la vie sur la Terre, et non les traités malintentionnés des mutants méchants de l'espace lointain. Ici Youri, l’auteur du site «Le recouvrement de soi-même », a raison.

Et en outre ce principe n'est pas la technologie pour les élus. Le Monde Subtil travaille avec tous les gens de l'Univers (les habitants de la Terre ne sont pas l'exception). Et c'est autre chose – les gens, si veulent-ils et si sont-ils prêts à gagner (et non recevoir) l'information? 

C'est pourquoi nous ne travaillons pas avec l'information comme telle – nous travaillons avec la vie. Et le travail avec l'information sous-entend absolument la sortie du présent ou au passé, ou au futur. L’information sur le présent ne peut pas être en principe, parce qu'elle, en étant prononcée, sonorisée, appartient déjà au passé!

De ce point de vue, la Triplicité de l'Être a l'air suivant: les points morts opposés de la Dualité est une information sur le passé et sur le futur, la composante dynamique est une vie et une affaire.

Si vous lisiez attentivement nos livres, pouvaient remarquer qu'ils sont construits sur la priorité des intérêts de l’Individu de chacun de vous, et le Système s'appelle «Le Système de l'Harmonisation de l’Individu». L’Individu n’a peur ni de la magie, ni de l'hypnose, ni des forces sombres. Mais l’Individu est dangereux et détesté pour les forces sombres, pour  le socium et pour l'État.

En se fondant sur cela, on peut comprendre, à quel moulin Youri amène de l'eau si soigneusement, mais sans qualifié et d'une manière malhabile, quels intérêts il protège. L’homme n'a pas réussi à examiner même le nom des livres. Mais en effet, ce n'est pas par hasard qu’ils sont appelés «La Doctrine Secrète». Les gens qui ne sont pas plus stupides qu'Youri, ils les relisent des dizaines des fois. Ils disent que le sens des livres a commencé à s'ouvrir pour eux après la cinquième-sixième lecture. Mais Youri avait l’esprit de s'occuper des potins, en ayant été parcouru en diagonal, n'ayant pas daigné entrer dans le dialogue avec nous. Et comment on peut appeler autrement son style du travail avec l'information? Il a rassemblé des citations prises au petit bonheur et fait peur à un philistin niais  par des épouvantails, n'ayant pas trouvé le temps même d'argumenter son point de vue.   

La raison du mécontentement jusqu'à la banalité la simple. Les gens ont créé pour eux-mêmes la chambrette confortable, isolée de la réalité, où ils chantent infatigablement et à qui mieux mieux sur leur «spiritualité» raffinée. Il est naturel qu'ils font déjà les règles de la conduite, l'étiquette définie et le slang spécial, tout à fait éloigné de la vie. Certes, il y a une élite, en la personne des experts autoritaires, à qui Youri attribue à lui-même. Leur tâche est former autour d'eux-même le cercle des admirateurs avec qui on peut «roucouler sur les pensées secrètes». Il est évident que par nos livres, nous avons gâché tout leur euphorie, c'est pourquoi nous regrettons et nous apportons nos condoléances!

Mais l'idéologie de tel «recouvrement de soi-même» a augmenté de la même capote de Staline. L'idée est très simple – de nouveau faire entrer tous dans les baraques (déjà dans les spirituelles), ayant forcé à vivre et penser correctement, sans se déranger pour les réflexions (de la même manière et au commandement, comme le père des peuples[20] apprenait). Certainement, c‘est uniquement pour le bien total et pour la prospérité. «Tous disent que nous sommes ensemble, mais peu de gens sait au juste où nous trouvons».  

C'est cela même, notre adversaire a décidé tout pour tous en un instant, et nous a condamné, ayant attaqué la question carrément: « Comment estimez-vous, je suis mieux que vous êtes ou vous êtes pis que je suis?» Certes, les livres choquent plusieurs gens par la nouveauté et par le réalisme du tableau. Et il n'est pas étonnant que le tableau est terrible et peu séduisant, beaucoup de personnes pour la première fois se heurtent à lui ainsi, le nez vers le nez. Et en quoi ici consiste notre faute?   

En fait tout est très simple, nous créions notre toile ainsi que cela est fait par tous les peintres normaux. Cela se fait ainsi: à la base se met la toile grise et grossière minable (la vie), dans la tête le sujet naît – le tableau total. Puis il apparaît sur la toile, par voie de l'application du flot infini des traits et des touches. Et en outre eux-mêmes, en dehors du projet du peintre, – ils sont l'absurdité la plus pleine (le Diable sous forme de la même information n'ayant pas le sens). C'est pourquoi on n'examine pas la toile finie avec la loupe dans les mains, mais on passe en revue, en ayant reculé, on comprenne le projet du créateur du général au particulier. Et si le tableau impressionne, peu qui aura un désir de critiquer le peintre pour les touches laides qui, à proprement parler, donnent au tableau le coloris individuel. 

Et maintenant transférez la technologie de la création de la toile d'art à la vie réelle – et à la fois tout se tassera. Ce tas des détails séparés et particuliers qui sont fourrés assidûment par le socium et par la Noosfère à la personne, il n'est pas tout à fait fini et prêt à l'utilisation. C’est probablement une décharge des déchets informes et une poubelle.  

Ile est très facile et simple de transformer l'objet en des déchets. La vaine curiosité, en règle générale, sert du prétexte pour cela, quand la personne, n'ayant pas trouvé le temps d'examiner les propriétés fonctionnelles de consommation et les qualités de l'objet pour comprendre, ayant éclairci sa valeur véritable pour elle-même, elle se dépêche de faire cela par voie de la fragmentation en ses composantes. Elle est mûe par la curiosité d'enfant: «Et qui a-t-il dedans?» Il est naturel que le mécanisme mort, qui ne travaille pas, qui n'est pas utile, il part pour le dépotoir.

«En étudiant» la Vie avec l'aide d'une telle spontanéité gentille, la personne a jeté sur la poubelle son immortalité, ensemble avec le sens de la vie, ainsi que plusieurs aspects de l'Être et les éléments de l'écosystème de la Terre.

Ce sort triste ne passait pas «La Doctrine Secrète» et le Système qui, comme vous le voyez, peut être transformés aussi facilement en tas des déchets puants. En tout cas, bien peu se prend de querelle avec nous à jeu découvert. De ceux-ci qui essayait de faire cela, aucun adversaire n'a pu démentir aucune phrase, aucune énonciation, exposées dans les livres. Savez-vous pourquoi? Les livres se fondent entièrement et sans réserve sur le bon sens et sur la réalité objective. Croyez  que dans le monde, Il n'existe rien de plus terrible que cette arme. Contre elle sont impuissants tous les idéologues et les propagandistes, tous ensemble.  Et les mêmes «terrassiers des vérités», qui ont croupi dans les détails non signifiants, se trahissent, ils puent la poubelle.   

Demandez: que veulent-ils protester et par quoi sont-ils prêts à protéger toute l'Humanité contre les machinations de «La Doctrine Secrète des jours de l'Apocalypse» et contre les intrigues du «Systèmes de l'Harmonisation de l’Individu et de la Santé»? Mais alors, pour cela, ils faut:

  1.  Supprimer l'Apocalypse sur qui la Bible répète de bons 1,5 mille années.
  2.  Sauver la nature périssante.
  3.  Par la décision résolue supprimer la direction technogène du développement de la civilisation.
  4.  Cesser toutes les guerres, ayant interdit en passant la toxicomanie, la prostitution, l'alcoolisme, le fumer du tabac ...
  5.  Arrêter la mortalité épouvantable d’enfant et de la jeunesse, la destruction de l'appareil génétique, l'écrevisse, le SIDA, la tuberculose chronique, la fièvre Ébola[21] et les dizaines des autres maladies mortelles, de qui sans toute Apocalypse dans les dix ans à venir (selon les pronostics des savants raisonnables) 50 % des habitants de la Terre disparaîtront ...

Cette liste n'a pas réellement de fin. Comment pensez-vous, on peut se défendre de toute cela à l'aide des persuasion et des arrangements mutuels? Quelle chose est plus importante: penser positivement, ne pas penser sur le mauvais, protéger l'Âme contre les intrigues du Diable et contre ses forces sombres, se garder des faux prophètes, lire la littérature ésotérique et ne croire personne que «les corbeaux volent à l'envers», «... et maintenant sur le temps: beaucoup de soleil, mais il n'est pas clair»? Bons gens, ouvrez vos yeux et regardez tout autour – si peut-il être plus mal? Demandez aux champions de la spiritualité raffinée, par quoi et contre qui peuvent-ils vous protéger? Par le groupement suivant aux kolkhozes et aux sociétés de personnes? Pardonnez-nous, nous déjà étions là-bas, nous sommes sauvés avec peine.

Ceux qui trouvera dans soi-même le courage pour reconnaître cela, il faut accepter que la personne est tuée par le socium avec son niveau d'information, avec les connaissances et avec le soin étranglant de l'homme, au plan de la protection contre tous et tout. Pour éviter tous ces malheurs, l’homme doit faire seulement une chose – devenir l’Individu harmonieux. «Le bon sens sauvera le monde de l'emprise de l'intelligence» ! Seulement l’Individu peut devenir invulnérable des malheurs énumérés et libre des unificateurs préoccupés par son destin, ayant appelé en aide toutes les forces de la nature et la ressource de l'Univers. L'argument de poids contre les arguments amenés: «Mais en effet, dans un tel cas, pas tout le monde peut se sauver?» Alors là, se sauver ou laisser tout comme est – chacun décide soi-même. Et en outre le Choix n’est pas large: ou périr avec tous ensemble, ou survivre parmi peu de personnes. La question se trouve justement ainsi: sauver l'Humanité – ayant créé une nouvelle civilisation, pour le moment peu nombreuse. Nous appartenons vers la minorité.

Youri appartient à la plupart ferme. On ne veut pas dire du mal, mais le dernier appel de tels unificateurs sera le commandement de sortir avec les draps et de se ranger. Probablement, il ne faut pas expliquer – où ils vous mèneront. Par contre tous ensemble, donc ce n'est pas terrible! Nous proposons de sortir de la foule allant à l'immolation, et apprendre à se sauver soi-même et les proches.

Ne tombez dans le piège, nous vous parlons, vous vous gardez des guides aveugles!

[20] un des «titres» élogieux et obséquieux de Joseph Staline.

[21] la fièvre Ébola est une fièvre hémorragique (un ensemble de maladies virales en fonction de leurs symptômes) foudroyante qui s'attaque à l'homme et aux primates. Son apparition chez l'homme semble récente (premier cas recensé en 1976) bien que l'on retrouve chez certaines populations africaines des traces d'anticorps. La maladie est très dangereuse – la létalité à 50-90 % des cas cliniques.

Précédent Contenu Suivant