Oui, non tout ce que va d’en Haut, c’est de Dieu

Oui, non tout ce que va d’en Haut, c’est de Dieu

Ces derniers temps, dans les revues, dans les journaux et dans les livres il y a des fables et des chimères non dissimulées sur ce qu'il y a une information des forces sombres et qu’il faut la craindre. Nous tenterons d'éclaircir.  

En fait, dans la nature une telle division de l'information en la clair et en la sombre, elle n'existe pas. Il y a une lumière de la connaissance et l'obscurité de l'ignorance, une autre classification n’existe pas. Nous voulons parler de la connaissance non ce qui est appris, académique, de livre, mais la connaissance intérieure, inhérente à la personne de la naissance et cachée jusqu'à un certain temps. Nous l'appelons la Vue Intérieure ou l'Attention Intérieure. Toute l'intrigue de l'Humanité consiste en le procédé pour obtenir cette Connaissance. Les efforts sont appliqués énormes, mais le résultat est rudement négatif. Le fait est qu'hors de soi l’homme peut trouver seulement le niveau d'information, mais non la Connaissance.

La sagesse du droit: «Je porte tous mes biens avec moi». La nature, ayant créé la création la plus parfaite, ne pouvait aucunement admettre que l’homme soit envoyé à la vie dans l'état non monté, non complété. C'est impossible en principe. Pour se convaincre de cela, il suffit de porter la vue sur le règne végétal et sur le monde animal. Avec quel amour, avec quel soin et avec quelle prévoyance chaque brin d'herbe, chaque fleur, chaque petite bête, sans parler sur les mammifères, sont créés. En effet, tout est prévu, examiné. Il est difficile de rechercher le moindre défaut dans l'apparence extérieur, dans la conduite, dans le savoir-faire de survivre. 

Au fond de cette harmonie élevée à l'absolu, l’homme a l'air d’un extra-terrestre, d’un gueux et d’un être étrange, avec cela qu’il est le Fils de Dieu. Il reste à prendre des renseignements sur la santé des Parents. Les soupçons de la plénitude de Leur responsabilité et de la capacité existent sur la Terre exactement autant que dans la Conscience des gens il y a un Diable, contre qui Dieu soi-disant lutte du soir au matin, jusqu'à l'abattement complet.

  Cependant nous n'en tirons pas de conclusions hâtives. Ils ont l'esprit, les forces, le temps, les patiences pour tout et tous, mais pour la personne ils ont été débordés? Peu probablement. Donc ce paradoxe et le croisement criant par eux sont admis consciemment. Le but est le plus simple. La personne doit apercevoir cette non-conformité, réfléchir profondément et commencer la recherche des raisons d'un tel désordre. Ayant fait l'analyse des vols dans le but de la recherche des malfaiteurs, elle butera inévitablement sur la personne personnelle. Il n’y a pas de coupables selon la définition, puisque l’homme n’a pas d’ennemis naturels dans l'Univers. Il y a seulement une conclusion, tout à fait décevante pour nous. Si chez tels parents beaux et attentifs, le fanfan ingouvernable grandit, il ne peut pas éviter les mesures drastiques et sévères pour faire entendre raison. Que, à proprement parler, se passe.

Il reste à éclaircir d'urgence qui nous est incriminé, qui est imputé et comment on peut comprendre – après tout, que veulent-ils arracher de nous? Si nous prenons le raisonnement par l'absurde, il faut reconnaître que quand même le coupable est le mouvement centrifuge dans le socium, où la personne est un petit rouage de la machine immense. Et dans elle, les intérêts des parties séparées et des détails sont soumis seulement à un – à l'exécution bonne de la destination par la machine. Les petits rouages et les roues dentées peuvent avoir seulement le numéro d'ordre dans la spécifications et la marque (le marquage). Eh bien, certes, chaque détail doit exercer ses fonctions. Vous pouvez dire que cela est connu par un élève de l'école primaire, vous ne nous avez pas étonnés, autrement ni le mécanisme, ni la société ne peuvent fonctionner.   

En cela consiste la pierre d'achoppement. Ce qui est normal pour le socium – est tout à fait inacceptable pour Dieu. L’homme, en étant devenu l'élément fonctionnel du socium, perd automatiquement la mémoire de sa destination véritable. Il cesse d'exercer les fonctions de l’Individu et se déconnecte de la Chaîne qui le lie avec le Moi Supérieur, avec le Champ énergétique et informatique et avec Dieu.

L’homme n’est pas intéressant et n'est pas nécessaire pour Dieu sans s'avouer lui-même un Individu, ayant déclaré l'indépendance du socium, dans qui il est si facile de se perdre et de s'être  perdu soi-même. On sait que le moment définissant dans la coopération de la personne avec Dieu est le savoir-faire de la personne de diriger l'énergie psychique. Pourquoi le socium est dangereux dans ce plan? La personne, en vivant dans le socium et en étant dépendant de lui dans chaque bagatelle, elle s'indigne souvent, s'irrite et explose de colère, en jetant à l'environnement les mégatonnes de son énergie psychique. Dans ce cas elle se transforme, de l'élixir de la vie, en arme thermonucléaire mortelle. La gâchette (la «valise nucléaire») sont les émotions négatives ingouvernables de la personne. Et si le monde physique, le monde des vibrations grossières, en conséquence de son état insensible, est capable de tenir tête à un tel bombardement permanent, le Monde Subtil ne tiendra pas ferme pendant un heure.

Puisque justement l'énergie psychique est la composant active et dynamique du Pendule de la Vie et de n'importe quel autre processus, sans savoir-faire de la posséder et diriger, la personne n'est pas nécessaire dans le Monde Subtil ; et aussi elle est dangereuse pour les gens vivant là-bas et pour le milieu de vie. 

Dans le monde, il y a quelques pays-propriétaires du potentiel nucléaire. Vous regardez, comment on protège le président de chacun de ces pays, qui a le droit d’appuyer, à n'importe quel heur, sur le bouton «Mise en marche» dans cette valise  nucléaire. Et si à la gestion du pays avec le potentiel nucléaire peut être admis les gens contrôlés plusieurs fois, entièrement sains d'esprit, tous les gens reçoivent l'accès à l'énergie psychique dès le moment de la naissance. Mais présentez maintenant, combien il y a, dans les rues des villages et des villes, des sujets armés à blanc par les grenades et les fusées atomiques. Ne reconnaissez-vous pas ? Mais en effet, ce nous sommes avec vous, irrités et avec les nerfs en pelote.

Ayant lu tout cela, vous avez déjà compris probablement que le socium en soi, comme la communauté des gens, ne présente aucun danger pour Dieu. De plus, le socium est nécessaire pour Dieu comme l'air, parce que seulement il est capable de forger des Individus pour Dieu! C'est pourquoi seulement les Individus à toute épreuves plusieurs fois (examinés par le Socium et par la Noosfère), qui ont reçu le laissez-passer pour l’entrée là-bas des mains de Dieu même, seulement ils passeront au Monde Subtil sous forme de la Quatrième Dimension.

C'est un axiome à titre de la réalité objective, tout à fait indépendant de l'opinion de la personne et du socium. Ainsi, jusqu'à ce que l’homme persiste, en résistant avec acharnement, la situation ne bougera pas d'un pouce. Donc le cheptel des «chevaux rétifs» disparaîtra avec la rapidité catastrophique. Pour la personne cela a l'air comme la destruction de la civilisation, pour Dieu – la transformation d'une telle notion amorphe comme «l'Humanité» en civilisation des Individus, accompagnée par la destruction systématique du «potentiel thermonucléaire».

Quant à l'information, il faut distinguer l’information allant de Dieu de l'information n'allant pas de Dieu. Si suivre l’ancienne classification, 99,9999... % de l'information qui est chez l'Humanité, tombera inévitablement au rang de l'information des forces sombres. Alors il faut appeler le socium un Diable principal. «Le plus grand truc du Diable consiste en ce qu'il a persuadé le monde de son absence!» D'ailleurs, chacun résout ce problème aussi de lui-même. 

Par que est distinctive l'information de Dieu? Ici il faut aussi éclaircir. Pour la plupart de vous, le Choix de la direction, de la doctrine, de la méthode, de l'auteur pèsent lourd. Ce n’est pas le secret que maintenant beaucoup de personnes parlent et écrivent que justement leur information est véritable, parce qu'elle est «de Dieu». Pour ne pas affirmer sans preuves et ne pas engager une polémique, nous nous référerons aux opinions des gens connectés à notre Système. La majorité pléthorique dit que le facteur décisif pour eux a été la peur de rester non connecté vers le Moi Supérieur. Non la soif des connaissances, de l’érudition, de l'expérience, mais justement la peur. Si étrange que le premier signe de la présence de l'intuition chez la personne est justement la peur de transgresser la ligne interdit et de rester en arrière sur l'Évolution, sur Dieu – à l'apparition de la moindre possibilité de faire le premier pas vers eux.

Ensuite, en continuant à avancer dans cette direction, dans son Âme s'installent le repos et la quiétude, qui s’accompagne par la disparition graduelle des émotions négatives. Graduellement la personne du domaine des bruits revient à sa fréquence naturelle, à la réalité, en commençant à recevoir les aides à titre des recommandations-réponses concrètes peu verbeuses «oui» ou «non». La non-verbosité et le laconisme sont conditionnés par deux raisons. L’homme se trouve dans la zone d’une perception incertaine des signaux, et pour être accordé plus rapidement à son onde, il doit analyser chaque pas, en faisant la démarche volontaire, consciente. Seulement c'est pourquoi d'abord l’on donne matière aux réflexions à titre des allusions-aides stimulant l’amorçage du néocortex et le réveil de la Conscience.

Comme vous le voyez, Dieu travaille individuellement avec l’Individu concret et non avec les ouailles et avec l'électorat. Il faut souligner que le travail est fait seulement à titre des aides dans les situations concrètes quotidiennes, mais non sous forme de la dictée des traités verbeux, abstrus sur rien. Beaucoup de gens objectent, en parlant que si Il est Dieu, Il doit faire entendre raison à tout le monde, unir, faire le bonheur de nous tous. Tout le monde – c’est de nouveau signifie la foule anonyme, qui peut être facilement révoltée, poussée consommer un crime, qui peut monter aux barricades, mais il est impossible de la mener, parce que les connaissances et l'Évolution peuvent être remises seulement par l'estafette, de main en main. On peut mener seulement les Individu, et cela sera réalisé par l’Individu qui est élevé lui-même et d’autres sur la Terre. L’Évolution est crée non par toute l'Humanité, mais personnellement par un certain individu. Chacun de nous, indépendamment de personne et de rien, peut et doit changer la courbe évolutionniste, étant sorti consciemment du processus de la régression de l'Humanité!

C'est pourquoi la tâche de Dieu est le Choix sur la Terre du couple  convenable, à Son avis, avec le conditionnement nécessaire. Et la tâche de ces gens sera la préparation seulement de quelques personnes capables de doubler des précepteurs. Au cas où ce travail ferait non à la va-vite, correctement, d'une manière qualifiée, – la réaction en chaîne créatrice se met et on peut «embrasser» toute la population de la Terre durant des mois comptés. Se passe réaction de l'intérieur, et non en dehors.

Pour ne pas affirmer sans preuves, nous citerons le jeux ancienne logique avec l'échiquier. La légende dit que pour le remercier des plaisirs que lui procurait le jeu d’échecs, l'empereur Shiram promit à son inventeur Sissa le cadeau suivant: «Sur la première case du jeu, il déposerait 1 grain de riz, puis le double sur la deuxième case et ainsi de suite en doublant chaque fois le nombre de grains». Sur un échiquier normal donnerait 16 milliards de milliards de grains de riz, soi 286 milliards de tonnes de riz... plus de 600 fois la récolte mondiale actuelle!

Le jeux logique a la résolution géniale, mais elle peut être réalisée seulement par les Individus capables d’étudier, en apprenant à d’autres. Cela signifie que toute l'expérience positive affluera au sommet de la pyramide, sera généralisé et sera rendu sous forme d’une impulsion-charge d’alimentation. On réalise le principe du travail du condensateur – la charge-décharge ou le Pendule de la Vie (l’Évolution) en action. Devant vous, il y a le schéma idéal de l'autogestion qui, étant lancé, travaillera à volonté longtemps, pratiquement éternellement! Justement selon ce principe se sont formés les systèmes stellaires et l'Univers lui-même. On fonde sur lui la gestion de tout l'Univers avec Sa quantité abracadabrante de population. Notre tâche est le lancer sur la Terre (ou tenter quand même)!

Nous espérons que vous avez déjà compris, sans nous, que représente l'information non de Dieu. C’est le mouvement de l'impulsion seulement de haut en bas, selon la verticale impérieuse. Son but – non un certain Individu, mais toute la population de la Terre. Le travail est réalisé avec la masse impersonnelle des gens qui a la propriété d’abord tomber dans l'euphorie, en levant les idoles sur les mains, et ensuite, quand cela l’ennuiera, les jeter sous ses pieds. Ainsi il était avec tous les chefs des révoltes, des insurrections, des révolutions. Primordialement ils croient pieusement en sa mission dont tâche est l'envergure massive, après quoi, comme ils pensent, suivra le bonheur général et la prospérité. Cette erreur résulte de l'ignorance élémentaire du tableau total des événements, de la mauvaise volonté et de l'incapacité (des gens qui ont assumé la grande mission) de travailler non avec les masses, mais avec les gens concrets peu nombreux.

L'histoire met tous leurs échecs sur le compte de la situation révolutionnaire non mûrie, formée d'une façon peu heureuse, sur la conjoncture, sur l'ignorance de la psychologie des masses, sur les intrigues de l'opposition et sur les autres facteurs défavorables. Mais ainsi était, est et sera toujours, parce que c'est la réalité objective. Toujours, à toutes les époques et dans le monde entier! 

4. S'élever soi-même l’Individu Créateur.

L’homme est un Créateur! Dans l'Univers les lois communes agissent. Et Dieu, et l’Homme se les soumettent. Seulement Dieu, en se rendant compte de l'imminence d'une telle soumission, Il peut se soumettre aux lois et sait comment les diriger. Mais l’homme se trouve encore dans l'ignorance épaisse, et sa tâche est déjà apprendre non seulement à se soumettre aux lois de l'Univers, mais aussi les diriger. L'exploitation commune, avec Dieu et avec le Monde Subtil, de l'Univers, la gestion de Ses lois permettront d'assurer l'Évolution du processus vital au plan de la succession et du remplacement des générations. Justement une telle nécessité force Dieu et le Monde Subtil à tenir compte de l’homme et à organiser son enseignement. Seulement pour cette raison au monde des gens par les prophètes, par les perspicaces, par les contacteurs, par les simples gens diverses connaissances descendent. Est seulement une destination principale de ces études – réveiller la Conscience humaine et apprendre à être le Créateur de la vie personnelle. Seulement après que l’homme apprend à la diriger, après que rétablit et fortifie la santé, obtient le bien-être, on peut lui confier des tâches plus sérieuses. Alors seulement, quand il cessera d'être l'esclave des circonstances!
Contente-toi de savoir que tout est mystère :
la création du monde et la tienne,
la destinée du monde et la tienne.
Souris à ces mystères comme à un danger que tu
mépriserais.
Ne crois pas que tu sauras quelque chose
Quand tu auras franchi la porte de la Mort.
Paix à l'homme dans le noir silence de l'Au-Delà !
                                             

Omar Khayyâm

En se fondant sur l'importance de la personne pour l'Univers, le potentiel inépuisable des possibilités créatrices est mis dans chacun de nous par la nature même. Le dévoilement et l'exploitation des puissances créatrices personnelles dépendent de l’homme. Justement c'est pourquoi les forces intérieures, inconscientes par lui, le poussent vers la réalisation créatrice, en forçant à chercher des voies plus effectives pour résoudre les problèmes, à apprendre, à prendre de la bouteille. C'est pourquoi l’homme se met à une affaire, à autre affaire, en trouvant qu'alors se réalise lui-même d'une manière créatrice. 

Mais, sans avoir des repères dans la vie, sans s'imaginer son tableau total, il dépense souvent le potentiel créateur en vain. Il n'a pas le temps de remplir sa mission (la principale tâche créatrice) – devenir un participant de la création du flux de vie. 

Il faut noter ici: la nécessité des études constantes, de l'éducation dans eux-mêmes les savoir-faire de diriger les puissances créatrices, la formation dans eux-mêmes des qualités de l’Individu, du Créateur – tout cela entre dans les devoirs de la personne. Tous qui se soustraient à l'exécution de ces exigences d'étalon, de base, ils sont rejetés sans regret par le flux de la vie, même si leur nombre atteint de six milliards!

Devenir le Créateur – c’est signifie s'harmoniser selon les paramètres de la santé et de l'argent, car justement ils font l'essentiel de la capacité de la personne d’exister dans le flux de la vie. Chacun doit devenir le créateur de la santé et de la prospérité personnelles, en réalité de sa vie.

La personne est créée à l'image de Dieu, et donc, toutes Ses qualités sont mises dans nous initialement. Le moins qu'il faut faire – former les repères personnels selon la vie, ayant compris que son but principal est découvrir ce potentiel immense, qui est mis dans chacun de nous par la nature. Ce potentiel contribue au devenir de l’Individu-Créateur et à l'Évolution de l’Individu!

Le bonheur (la parabole ancienne)

Dieu prit de l'argile et sculpta un homme et chez Lui il y avait un morceau non utilisé.
– Que puis-je sculpter encore pour toi? – Dieu demanda. – Sculpte le bonheur pour moi, – l’homme demanda. Dieu ne répondit rien et mit seulement à la paume de l’homme le morceau resté d'argile …

La chemise de l’homme heureux (fable recueillie par Italino Calvino)

Un roi avait un fils unique, et il le chérissait comme la prunelle de ses propres yeux. Mais ce prince était toujours malheureux. Il passait des journées entières, accoudé au balcon, à regarder au loin.
– Mais que te manque-t-il? lui demandait le roi. Qu’as-tu?
–  Je ne le sais pas, père, je ne le sais pas moi-même.
–  Es-tu amoureux? Si tu veux une fille, dis-le-moi, et je te la donnerai comme épouse, serait-elle la fille du roi le plus puissant de la terre ou bien la paysanne la plus pauvre !
–  Non, père, je ne suis pas amoureux.
Et le roi essaya une fois encore, par tous les moyens, de le distraire ! Théâtres, danses, musiques, chants ; mais cela ne servait à rien, et le visage du prince perdait chaque jour un peu plus de sa roseur. Le roi proclama un édit, et c’est de toutes les parties du monde que les gens les plus instruits arrivèrent: philosophes, docteurs et professeurs. Il leur présenta le prince et demanda conseil. Ils se retirèrent tous pour penser, puis revinrent auprès du roi.
–  Majesté, nous avons pensé, nous avons lu dans les astres. Voici ce que vous devez faire. Recherchez un homme qui soit heureux, mais heureux en tout et pour tout, et échangez la chemise de votre fils contre la sienne.
Le jour même, le roi envoya des ambassadeurs à travers le monde pour rechercher l’homme heureux.
Un prêtre lui fut amené.

–  Es-tu heureux? lui demanda le roi.
–  Oui, Majesté.
–  Bien. Aimerais-tu devenir mon évêque personnel?
–  Oh, bien sûr, Majesté !
–  Va-t’en. Hors d’ici ! Je cherche un homme heureux et heureux de ce qu’il est. Pas un qui voudrait être mieux qu’il n’est.
Et le roi se mit à attendre un autre homme. Il y avait un autre roi, son voisin, lui dit-on, qui était vraiment heureux et content: il avait une épouse belle et brave, un tas d’enfants, il avait vaincu tous ses ennemis à la guerre, et son pays était en paix. Aussitôt, rempli d’espoir, le roi envoya des ambassadeurs pour lui demander sa chemise.
Le roi son voisin reçut les ambassadeurs:

–  C’est exact, il ne me manque rien. Dommage tout de même qu’avec tant de biens, on doive mourir et tout abandonner ! Cette pensée me fait souffrir, et je n’en dors plus de la nuit !
Les ambassadeurs songèrent qu’il était préférable de s’en retourner.
Pour tromper son désespoir, le roi partit à la chasse. Il tira sur un lièvre, et croyait l’avoir pris quand l’animal, en boitant, s’échappa. Le roi le poursuivit et ainsi s’éloigna. Au milieu des champs, il entendit une voix masculine qui chantait la falullela[22]. Le roi s’arrêta:

– Qui chante ainsi ne peut qu’être heureux !
En suivant le chant, il s’engagea dans un vignoble et, entre les rangs, il aperçut un jeune qui chantait en taillant les vignes.

–  Bonjour, Majesté, – dit le jeune. Comment? De si bon matin, dans la campagne?
–  Béni sois-tu ! Veux-tu venir avec moi dans la capitale? Tu seras mon ami.
–  Hélas, Majesté, pas la peine même d’y penser. Merci. Car je n’échangerais pas ma place même contre celle du pape.
–  Mais pourquoi, toi, un si beau garçon…
–  Mais non, vous dis-je. Je suis heureux ainsi, cela suffit.
«Enfin, un homme heureux» songea le roi.

–  Jeune homme, écoute, rends-moi service.
–  Si je peux, ce sera de bon cœur, Majesté.
— Attends un instant.
Et le roi, qui ne se sentait plus de bonheur, courut chercher ses gens.

–  Venez ! Venez ! Mon fils est sauvé ! Mon fils est sauvé !
Et il les mène auprès du jeune homme.

–  Sois béni, jeune homme, dit-il, je te donnerai tout ce que tu veux ! Mais donne-moi, donne-moi…
–  Quoi donc, Majesté?
–  Mon fils va mourir ! Tu es le seul à pouvoir le sauver. Viens ici, attends !
Il se saisit de lui, et commence à déboutonner sa veste. Soudain il s’arrête, les bras lui en tombent.
L’homme heureux ne portait pas de chemise.

Notez, le bonheur véritable et la liberté sont donnés souvent au prix des pertes et des privations inconcevables dans le monde réel, en échange, mais aucunement au pris des cadeaux et des recouvrements miraculeux, en supplément à ce qui nous avons déjà! Particulièrement si cela concerne le processus du passage à la Quatrième Dimension. En vérité, l’homme devient le plus sincère et actif justement au temps des privations, mais pas de la vie aisée! Il n'y a rien de surprenant dans cela. La source de n'importe quel processus évolutionniste est l'antagonisme de deux états psychiques de la personne, à savoir – la lutte entre les désirs et les réalités. Les désirs sont un état à qui la personne aspire pour assurer son confort de vie. Les réalités – c’est ce que la personne a pour le moment et qui ne répond pas à ses exigences.

[22] Falulele (dialecte du Frioul).

Précédent Contenu Suivant