Qu’est-ce que c’est «Dieu caché», ou le Système de l'Harmonisation  avec le monde extérieur

Qu’est-ce que c’est «Dieu caché», ou le Système
de l'Harmonisation  avec le monde extérieur

Ne crains jamais de faire ce que tu ne sais pas.
Rappelle-toi, l'arche était construite par l'amateur,
Et les pros construisent des «Titanics »...

L'harmonisation du Système Dieu – la Personne. Vos lettres avec des questions et avec des prétentions sont devenues le prétexte pour cet article, comme pour la grande parties de notre livres:

Bonjour, Alexander!
J'ai lu le livre sur les symboles et sur les vibrations numériques des Saintes Écritures (de la Bible). D'où est venu le désir de recevoir la clé vers la Transfiguration personnelle et vers la conception de l'Esprit Saint? D'une grande quantité de livres justes lus par moi. Naturellement, plus je lis,
plus on se pose de questions. Mais vous avez remarqué que j'ai cessé de les vous donner?
Je réponds. C’est parce que vous me trouvez tout à fait «petit bêta» et vous évitez de répondre aux questions concrètes. Mais j’ai besoin des réponses.
J'ai déjà reçu plusieurs réponses. J'achève déjà la lecture du premier livre de « La Doctrine Secrète» pour la troisième fois et je comprends que pas la dernière. Là, l'information est trop pressée, mais puisque notre cerveau est capable d'étudier à la première lecture pas plus de 20 % de l'information reçue, il y a tout devant moi. Je veux entendre les explications au sujet du nombre de la bête, du diable, de l'Antéchrist, du nombre 666. Que signifie «être caché »? Qu'est-ce que c'est «Dieu caché», «le système caché» connu sous le nom de Saturne? Qu'est-ce que c'est le système secret S-T-U-R dans la Bible?

Les réponses à toutes les questions des gens sont dans «La Doctrine». Et pour nous, et pour Dieu, c’était le grand casse-tête – comment arracher le rideau de ces connaissances encore fermées pour vous.

Oui, la femme qui a écrit la lettre, elle croit sincèrement en Dieu, elle l'aime et à son avis elle accomplit Sa Volonté dans tout ; s'il faut, elle est prête à rendre la vie. Mais l'authenticité d’une telle foi et d’un tel amour on contrôle notamment dans la volonté de la personne de se soumettre au commandement de Dieu dans n'importe quelle situation quotidienne. Où est le critère de ce «qui plaît à Dieu», des affaires, de la confirmation de la fidélité du chemin élu ?   

Pour ne pas tourner autour du pot, nous nous autoriserons de l'exemple personnel. Pour beaucoup de gens c’est une grande énigme, pourquoi Dieu nous a élu pour le contact avec l'Humanité et à titre de Son deuxième Pôle? De quoi nous différons des autres? Quelles qualités éminentes il faut développer en soi-même pour s'engager dans la voie de la réunification avec Dieu ? Évidemment, vous attendez que c’est quelque chose originale et super pas ordinaire? Dans un certain degré, c’est ça! Notre différence de tous les gens et des structures occupées «du service à Dieu» consiste seulement en ce que nous accomplissons immédiatement Ses recommandations qui, au fond, sont des commandements. Malgré cela, ils nous plaisent ou non. Le secret consiste seulement en l'opportunité, c'est pourquoi tout est utile qui est à propos.

Pour quoi, par exemple, dans la Bible, d'une manière détaillée, est dépeinte l'épopée de la construction de l'arche par Noé? À titre du manuel du sauvetage en cas du déluge Universel? Pas du tout, les gens qui écrivaient l'Ancien Testament, ils connaissaient parfaitement que le deuxième déluge n’aura pas lieu. La personnalité de Noé est donnée à titre d'exemple pour l'imitation au plan de l'exécution des commandements de Dieu. Quand Noé a reçu l'ordre de construire un le navire immense, dans la steppe aride, où on peut compter tous les ruisseaux sur les doigts, il l'a construit. Bien qu'il fallut faire cela en dépit de l'opinion publique. Ensuite pas à pas toutes les instructions ultérieures était accomplies irréprochablement. Comment tout cela s'est achevé, vous connaissez. Notamment grâce à la conduite «asociale» du renégat Noé qui, de l'avis des proches, avait une grande balle dans la tête, l’espèce humaine a survécu sur la Terre et nous vivons, tels rationnels, raisonnables et justes. 

La situation actuelle avec l'Humanité à l'identique répète la situation de l'Ancien Testament. À la différence que le déluge non aquatique, mais énergétique, et l'arche de la nouvelle civilisation est virtuel, bien que pas moins matériel. L’ordre initial s'est compliqué et l’homme, par comparaison à son quadrisaïeul, est devenu beaucoup plus souple, sage, rusé, débrouillard. Mais comme il s'est avéré, il applique la ruse et l'adresse seulement avec un but – pour éviter l'exécution des commandements de Dieu. Ils ne l'arrangent pas pour une cause: il n'y a pas d'argumentations précises et des conditions visibles, donc l’homme, avec la facilité, les porte à la catégorie de l'information des forces sombres. D'autant plus que dans cela il est soutenu en tout point par le critérium de l'authenticité à titre de l'opinion publique. Comment cette opinion s'est achevée au temps de Noé, vous connaissez. Comment l’opinion actuelle prendra fin – les gens de la civilisation suivante examineront cela. Cela signifie que toutes les caractéristiques et les épithètes flatteuses données à la personne moderne correspondent à la réalité. À l’exception de l'esprit. À grand regret, dans cela nous ne différons pas du tout des prédécesseurs de l'Ancien Testament.  

Alors, nous avons eu l'occasion de construire une nouvelle arche, – les gens singuliers. Et en effet, comment on peut encore considérer tous nos actes et nos énonciations ? Quand nous avons reçu l'ordre de quitter la place dont on a pris l'habitude, nous l'avons accompli immédiatement. Quand nous avons reçu l'ordre de s'occuper du business de réseau – nous l'avons accompli à une même heure.  

Comme nous comprenons maintenant, le Monde Subtil et Dieu n’avaient pas de possibilités et de temps pour nous argumenter la nécessité de ce pas et de plusieurs d'autres. Le critère de la sincérité de la foi en Dieu consiste notamment en l’exécution immédiate de Ses recommandations. Seulement maintenant nous avons reçu la compréhension et la conviction de la justesse d’absolument tous les commandements, dix ans après le début de leur réalisation. Voici, à proprement parler, tous nos mérites héroïques. Nous accomplissons toutes les recommandations de Dieu, malgré qu’ils ils nous semblent étranges ou sauvages, à première vue, et à nos proches. Mais grâce à eux nous nous inscrivons dans le flux de la vie, en se trouvant toujours dans le présent et nous ne perdons en rien, nous avons toujours du profit! «Il vaut mieux avoir fait et regretter, que regretter de ne pas avoir fait».  Nous répétons qu’il nous n’avons jamais regretté de toutes nos actions! Certes, vous direz: «Il est plus facile pour vous, vous avez le contact avec le Monde Subtil!» Et vous avez tout à fait raisons! Cependant, si nous n'apprendrions pas à entendre notre intuition, nous ne recevrions aucuns résultats, même en présence du contact. Le contact avec le Monde Subtil est le résultat de notre travail à nous-mêmes comme la forme supérieure de la manifestation de l'intuition. Le contact sérieux est un mérite du travail fructueux à soi-même et le résultat de l'amorçage de la mentalité continue logique. Sans cela n'importe quel contact se transforme en «rabâchage».

Oui, tous veulent la stabilité, la netteté, être bon, ne pas tromper personne et ne pas être trompé. Mais nous n'oublierons pas que la personne avec 2-5 % de la Conscience est capable de faire le Choix juste seulement dans deux-cinq cas d’une centaine – et là, en mettant les choses au mieux. Elle se persuade de l'erreur seulement après le temps, quand la chaîne des connexions causales dans sa Conscience est déjà rompue. Quand elle a déjà oublié – la conséquence de quel son Choix incorrecte a été la défaite suivante et destructrice, mais pas dernière. Comme vous comprenez, il ne peut pas être question de la stabilité.   

De même, il est difficile de se décider à se soumettre à la volonté et aux recommandations de Dieu, parce que la réalisation avec la compréhension de la justesse du pas fait ; à titre de résultat réel palpé, aussi arrivera plus tard que les recommandations.

L'Humanité étudie avec ivresse la Bible, à tous les coups en se persuadant de la justesse du Choix de n'importe quel héros accomplissant toutes les instructions de Dieu. Les gens veulent recevoir la moyenne arithmétique des «marches» de Dieu, qui sont utiles dans tous les cas de la vie, en considérant que ce sera «la connaissance de Dieu». Sancta simplicita! La personne n'a pas pu dénouer les nodosités des événements décrits dans la Bible. Mais nous sommes séparés d’eux par le laps de temps de deux mille ans jusqu’à cent cinquante millions ans. Si prendre l'histoire de la Création du Monde, ce seront déjà des milliards d’ans. Il y a un cercle vicieux. La personne tente, en dénouant les vieux nodosités, compter Dieu pour à temps esquiver la décision de Ses problèmes dans le présent. Mais se retirer du problème, ce ne est pas la décision du problème...

Le plus raisonnable dans notre situation est suivre l'exemple des héros de la Bible et accomplir rigoureusement toutes les instructions de Dieu. Il se trouve que c’est une Principale Leçon que doit être étudiée par la personne sur la Terre. Confiez qu'il est plus facile de se soumettre, le pire n'est pas toujours sûr! Mais que vous n'avez pas de désir de changer et de se soumettre à la vie, ça n'inquiète personne et n’oblige à rien. C'est votre Choix! 

C'est pourquoi nous affirmons qu’on peut se lier avec le Moi Supérieur et avec Dieu seulement par un moyen: rigoureusement et en temps voulu accomplir toutes Ses instructions et les commandements dans la vie réelle, dans la pratique. On peut mener le sondage de l'opinion publique de la population de la Terre. La majorité pléthorique des gens déclareront qu'ils vivent, en respectant tous les commandements de Dieu. Ils sont persuadés de la même chose par l'opinion publique, c'est pourquoi ils n’ont pas le moindre doute sur le bon droit personnel. La belle avance! Et c’est une grande question – qui retirera du profit de cela: eux-même, Dieu ou notre civilisation périssable ? 

Les gens on ne sait pourquoi appellent toujours Dieu pour qu’Il jette toutes ses affaires et les aide dans leurs affaires les plus important. Mais, est-ce que beaucoup de personnes au moins une seconde ont réfléchi à ce que rien dans l'Univers ne peut pas être plus important que les affaires de Dieu? Et que le temps est venu pour nous de participer directement dans Ses affaires. Les plus important d'eux se passent justement maintenant et non quelque part mais sur la Terre, – à titre de l’édification de la nouvelle civilisation. À partir de ce qui est dit, les gens sur la Terre, au regard de Dieu, sont divisés en deux catégories. Les peu nombreux Ses aides qui font des affaires, ils appartient à la première catégorie. Ce sont des bâtisseurs. Dans la deuxième se sont trouvés tous ceux qui s’intéressent à Dieu uniquement pour la décision de leurs intérêts «mercantiles» et des affaires. Tous les gens entrant dans la deuxième catégorie des démolisseurs, intéressent Dieu en conséquence seulement au plan de la protection contre leur influence destructive sur les gens entrant dans la catégorie des bâtisseurs. Et aucunement autrement! C'est pourquoi il n'y a rien de surprenant à ce qu'à la pointe des militants violents contre les plans de Dieu se sont trouvés les gens qui sont en manteau du pape et en vêtements des hiérarques de toutes les religions du monde.

Tous les pas entrepris par nous (justement ils, et non quelque information mystique reçu de Dieu) contribuaient à l'élargissement de la Conscience jusqu'à 100 %, grâce à quoi nous nous sommes éloignés considérablement des contemporains, en étant devenus des participants directs de la mise en chantier et de la construction de la nouvelle arche (la civilisation). Tout cela a changé radicalement l'arrangement des figures dans le parti d'échecs Dieu – la Personne. Puisque envers et contre tous réussit à mettre en chantier l'arche de la nouvelle civilisation, Il n’est plus l'otage de la vieille civilisation, Ses mains sont  libres …

Mais la tactique de la relation avec les gens restait ancienne. Le contact de Dieu avec l'Humanité se réalise seulement par les bâtisseurs de l'arche, puisque le socium (et ce sont des gens se rapportant à la deuxième catégorie) est toujours en opposition sourde et, évidemment encore plus violente, avec Lui. Cela signifie que encore un problème a surgit chez les gens – percevoir les énonciations de ses semblables comme les commandements de Dieu même. Notamment cela ne plaît pas à plusieurs nos adversaires que, cependant, n’est pas le problème pour leur Moi Supérieur. Comme il était déjà répété plus d'une fois, la Conscience et le caractère spiritualisé à titre des émotions et des sentiments élevés sont inhérents seulement à la personne. Le Moi Supérieur n'ai pas reçu ce luxe, puisqu'il accomplit la fonction du commutateur entre deux Pôles. Il a seulement deux fonctions: «oui» et «non». Et aucunes gamineries du type: «Ce n'est pas que oui, ce n'est pas que non ...»  

Le mot de Dieu pour le Moi Supérieur de la personne, indépendamment du fait qu’il est sonorisé, doublé et reconnu par les gens sur la Terre ou non, il est une Loi et un ordre pour l'action immédiate. Indépendamment de ce que l'opinion publique et la personne elle-même croient pour cet article. Si la personne ne réagit pas ou met en doute la nécessité de l'exécution du commandement déjà du Moi Supérieur, pour cela elle est menacée de la peine capitale au minimum. Aucunes justifications comme la foi en Dieu, apprendre par cœur la Bible, l'observation des commandements, l'augmentation de la spiritualité, les études de l'ésotérisme – rien de cela n’est pris en compte.

Selon toute apparence, c'est le tamis le plus menu pour le contrôle définitif des Âmes humaines. Tous qui ne sont pas doué de l'intuition (qui en ce cas se manifeste dans la peur de ne pas se soumettre, ceux-ci s'éliminent impitoyablement. En premier lieu cela concerne les gens connectés au Système de l'Harmonisation de l’Individu. 

À présent on nous donne le commandement, parallèlement avec l'ouverture de la Conscience et la restitution de la santé, préparer le «terrain d'atterrissage» de la nouvelle civilisation. Le travail est primordial et urgent, sans elle le Monde Subtil et Dieu réussiront à sauver une dizaine ou deux des personnes, mais peut être seulement deux ou trois. Les gens aussi apprendront son actualité, dans dix ans, mais il faut le faire maintenant, d'urgence. Pour cela, le Monde Subtil a créé  toutes les conditions à titre du Système de l'Harmonisation de la personne avec le monde extérieur. En réalité, les gens ont perçu ce nouveau ordre désagréable comme notre lubie et le désir de nous enrichir avec leur aide, c’est pourquoi beaucoup perdent l'intérêt pour l'harmonisation semblable. Finalement, leurs Moi Supérieur enragent, en les rayant impitoyablement du Système sous le nom «la Vie». Certes, Là-bas on fait la part des choses que l’homme se trouve dans les conditions extraordinairement difficiles. Mais s'il est occupé seulement à la recherche de l'autojustification, il est impossible d’éviter les sanctions rapides!  

Pour tels gens, toutes les connaissances selon le Monde Subtil et selon Dieu resteront cachées, Dieu Lui-même restera caché (on a beau faire cela, mais seulement Il découvre la Conscience de chaque personne concrète!). Seulement Il a le pouvoir de s'ouvrir à la personne concrète ou non. Et maintenant c'est le moment idéal pour tous qui sont préoccupés du problème de la quête de Dieu, estimer les chances de l'ouverture de Dieu. Par une telle façon simple, l'Apocalypse au lieu du retrait attendu des couvertures se retourne pour la personne en l’amorçage du mécanisme de l'anéantissement de soi-même! 

Outre cela, on inflige la restriction rigide de la quantité des accès. Cela signifie que l’homme peut être amené chez nous seulement une fois. Dès qu'il a pris connaissance de l'information, des conditions de la connexion au Système, mais n'a pas voulu connecter ou a ajourné cette action, il est peu probable qu’il aura réussi à nous venir une seconde fois. Selon toute apparence, le tour virtuel chez nous s'est aligné immense et il y a peu de gens qui puissent deux fois occuper la place dans cette queue. Quand même l'essentiel pour nous est l’édification et non les arrangements de ceux qui ne connaît pas quoi il veut, et si veut quelque chose en général.

Voilà au fond toute la vérité candide, mais amère. La mauvaise volonté de la personne d'aller derrière nous ne lui permet pas de se réunir avec Dieu! Maintenant Il n’a pas besoin des solistes, il Lui faut l'équipe des travailleurs! Dans notre Système, on indique la voie non seulement pour le rétablissement de la santé, mais aussi pour obtenir le bien-être sans qui la vie ne peut pas être digne et libre. Le moyen de la réalisation de cette voie par quelques compagnies n'arrange pas beaucoup de gens, mais ici il n'y a rien à faire, – celui gagne qui a confié et qui s’est dans cette voie. Qui n'a pas confié et ne s'est pas engagé, celui-là a perdu et nous ne pouvons l'aider en rien, malgré tout notre désir. 

Pour se persuader de notre bon droit, nous proposons le test de contrôle: imaginez que vous avez reçu l'ordre de vendre d'urgence toute la propriété mobilière et immobilière et dans huit jours arriver, sans bagages, au point sur la carte, nous admettrons N. Êtes vous prêts? Qu'est-ce qui vous empêche de faire cela? Imaginez ce tableau à la réalité et vérifiez votre volonté aux changements. Les obstacles qui vous empêchent d'accepter les changements, c’est cette barrière qui empêche la réunification de votre Âme avec Dieu. On peut estimer que la réunification avec Dieu et avec la vie a lieu, si vous n’avez pas de problèmes limitant votre volonté aux changements. La présence d’un seul limiteur indique à la nécessité de reconsidérer votre relation à la vie.

Le malheur du Moi Supérieur de plusieurs gens est ce que, n'étant pas devenu les bâtisseurs, ils prononcent l'arrêt pour lui et pour eux-mêmes. Il y a une grande probabilité de ce que cette incarnation est dernière, c'est pourquoi leurs Êtres Véritables désespèrent. C’est la raison des problèmes de beaucoup de gens. Comme vous comprenez, il est pratiquement impossible de les solutionner sans calmer le Moi Supérieur. Le Créateur lui-même est impuissant ici!

Notre malheur est seulement ce que nous sommes privés aussi du Choix. Nous pouvons vous indiquer la sortie de l'impasse, mener à sa suite, mais nous n'avons pas droit de vous forcer!

Quant «au nombre de la bête», au Diable, au Tentateur, jusqu'à l'ouvriras dans toi-même – à titre de la mauvaise volonté d'exécuter les commandements de Dieu, il restera caché, incompréhensible et imperceptible, comme tout l'autre.

En ce qui concerne le système caché «Saturne». Le peuplement du Système solaire par la personne commençait de Saturne qui après la sortie de la personne dans le corps physique de lui continue à exercer les fonctions définies. À la création de n'importe quelle civilisation sur la Terre les gens choisissaient, vers quel d'anciens systèmes (de Saturne, de Mars, de Jupiter) ils s'orienteront.

L'adresse de la Conscience de la personne se trouvant sous l'empire des  stéréotypes et de la Noosfère est surprenante! Il porte son attention sur n’importe quelle chose, sur quelques systèmes cachés, non nécessaires, et sur les réserves des civilisations passées, en tentant de trouver dans eux quelques connaissances cachées particulières, pour que sans travail du perfectionnement moral à la fois se trouver dans le Paradis, c'est-à-dire dans la ligne du bonheur et de la prospérité. Des rêves vains! Il n'y a rien en dehors de la personne. Même si quelque chose est laissée par les anciennes civilisations pour la notre, cette information est une histoire mais aucunement des connaissances. Toutes les connaissances sont acquises Ici et Maintenant, dans la vie présente, dans le présent et sont réalisées par le travail de la personne. La personne moderne, avec son bagage des connaissances, édifie avec Dieu la vie dans le présent. Si de plus il ne suffit pas de quelques connaissances, elles sont données à l'Humanité par le Monde Subtil. En effet, non pour le caprice les contacteurs se présentent de plus en plus nombreux. Même si ces contacts ne sont pas réels, qui ne valent rien, – l'idée nécessaire à l'Humanité est portée également par eux.

La personne elle-même doit cristalliser les connaissances actuelles pour elle-même de tout le flux d'information par voie de la compréhension. Seulement alors elles se transformeront des rouleaux, des livres, des mémoires, des doctrines, des saintes écritures et des commandements en Connaissances pour elle (et seulement pour elle!)!

En effet, cet article était adressé à la personne chez qui, malgré des études assidues selon le Système, se prolongeait l'aggravation catastrophique de l'état de santé. Aucunes recettes et technologies, y compris notre Système, ne l’aidaient pas, mais lui a aidé justement cet article dans qui il n'en était pas question sur la santé. En vérité, «La solution du problème se trouve en dehors du même problème!» Ses lettres écrites après la lecture de l'article servent de la confirmation de l'actualité et de l’objectivité de l'exposé:

Cher Alexander!
Je suis assis devant le moniteur et je ne connais pas de quoi commencer. Je m'étonne de nouveau – comment de quelle façon surprenante, féerique tout le monde se transfigure quand tu reviens au «flux». Même le soleil commence à briller plus vivement.
Pendant 3 jours se sont passées beaucoup de choses... que je décrirai en deux mots. Après votre lettre sur le Système de l'Harmonisation avec le monde extérieur (et après mon accord instantané avec lui) tout s'est mis en mouvement. La douleur dans les pieds a presque cessé. On m’a expliqué mot à mot et même plus en détail (par la voix intérieure, laquelle a disparu précédemment) au sujet de DENAS[40], on a montré dans la 3-ème partie un exercice du yoga – c'est justement ce qu'il me faut (c’est «fermer les pieds et les paumes» – l'ayant fait immédiatement, j'ai senti le grand allégement et la joie intérieure), on a fait les études selon le Système (simplement on apprenait et on corrigeait dans les places nécessaires en tout point – les nuances de l'organisation de la protection, la succession des exercices etc.), on a ouvert tous (eh bien, presque tous) la profondeur du Projet au sujet du système de l'autoreproduction de l'argent, cela frappe (maintenant il est clair pourquoi pour le désaccord et pour le délai avec l'entrée l’homme est puni ainsi). En résumé, la situation à mon avis se corrige. Mais j'ai reçu l'inoculation et cela me serve de leçon – magnifique et restante dans la mémoire.
Et encore. Je comprends ainsi, maintenant vous avec Tamara êtes mes deuxièmes parents (le premier est Dieu). Je ne connais pas, combien de jours et d’heures il me restait, mais je connais exactement – un peu. Je suis né de nouveau, et sans vous de cela ne se serait pas passé. Je me rappellerai toujours cela. Un grand merci pour vous!
Agréez l’assurance de ma considération distinguée, Igor.

Et voici encore une lettre reçue par nous dans un mois.

Bonjour, Alexander!
Je ne voulais pas vous déranger, mais j’ai décidé qu’il sera malhonnête. En un mot comme en cent, j'écris pour qu'à une fois suivante vous dire un immense merci pour votre aide. C’est le troisième jour que autour de moi tout a changé. Dire seulement sur la santé, c’est ne dire rien.  Le monde même autour de moi a changé. On peut décrire infiniment.   
En deux mots. Dans le chakra cordial, une nouvelle énergie a surgi, vive et vivante, elle déferle comme les ondes de plus en plus souvent, en diluant toute la noirceur au-dedans et autour de moi. C'est la joie intérieure d’Âme qui était perdue il y a quelques années et qui m'est rendue par Dieu seulement maintenant. Hier, en lançant les billes[41] au cœur, soudain au lieu du flux ordinaire des billes, il y avait une colonne vive de la lumière d'en haut. Les billes descendues d'en haut, en émettant aussi la lumière, sont entrés dans le cœur, pourquoi il a commencé à briller aussi. Je n'ai rien senti, mais soudain, je me suis rendu compte que le cœur est devenu maintenant sain. La même chose s'est répété avec les autres organes et en outre la luminescence restait après le traitement (dans le plan énergétique).
Bien des choses ont commencé à changer dans la perception. Les nuances (à première vue insignifiantes) de «La Doctrine» et du Système sont devenues compréhensibles, lesquelles se présentent maintenant pas moins importants que les notions principales. Cela confirme encore une fois une haute densité de l'information de «La Doctrine Secrète». À propos, ces derniers temps, j’ai noté un exemple intéressant du principe de la conservation de l'information. Au moment quand je vous écris de mes problèmes et de nouveau je demande l'aide, l'information de votre réponse quoi que est déjà en l'air, tout est déjà préparé ««pour le travail», toutes les «figures» sont mises. Il reste seulement à recevoir votre réponse (comme le fait) et le flot ultérieur des événements se déploie  «dans un automate». C’est un phénomène intéressant.
Encore une fois merci pour ce que vous êtes.
Respectueusement, Igor.

C’est un exemple spectaculaire de la coopération de la personne avec le Champ énergétique et informatique de l'Univers, laquelle sûrement a ouvert sa Conscience jusqu’à 50 % et possède le canal ouvert intuitif. Mais cela ne l'a pas aidé pour résoudre ses difficultés. Pour faire une telle métamorphose avec la personne, il suffit d’obtenir son accord d'exécuter les recommandations de Dieu (se trouver dans le flux de la Vie).

Ne percevez pas cela comme la tentative de vous «presser». N'oubliez pas que dans chacun de nous il y a une particule de Dieu, chacun est lié à Dieu –au Créateur de la Vie et du processus vital. Cela signifie que Dieu pour chacun de nous est le fil conducteur conduisant par tous les zigzags de la vie. Par l'appel à Dieu, tous demandent l'aide dans leurs affaires, mais comment Il vous aidera, si vous ne désirez pas suivre Ses instructions? Il est juste – aucunement. Et parce que Ses recommandations contredisent vos habitudes et vos désirs, Dieu n’est pas obligé de faire quelque chose pour vous. Ses recommandations correspondent aux conditions vitales de votre existence, à l'état de la société, c'est-à-dire ils répondent entièrement aux exigences de la vie, et non à vos émotions. Si ces recommandations demandent votre transformation, mais vous ne voulez pas faire cela, ce sont ainsi vos problèmes. À vrai dire, non seulement les vôtres, ce sont les problèmes de votre Moi Supérieur, qui doit créer les conditions nécessaires pour votre vie. Votre refus de suivre les recommandations de Dieu est perçu par lui comme votre Choix. Ensuite il proportionne la justesse de votre Choix aux conditions de la vie. Naturellement, elles seront désaccordées. Conformément à cela, le Moi Supérieur exécute votre correction. Ça si vous voulez une meilleure vie, vous ferez mieux d’écouter les conseils et les aides de Dieu, changez conformément aux exigences de la vie, sans attendre quand elle commencera à vous faire entendre raison. N'oubliez pas que la Vie a toujours raison!

Tout le reste se passe d'un coup de baguette. Les gens ordinaires, non remarquables, ceux qui ont la Conscience ouverte sont doués d’une telle puissance pour porter secours en résolvant des problèmes désespérés. Leur puissance est fondée sur la connaissance du tableau total de l’Univers, grâce à quoi ils, en réponse à la personne qui demande l’aide, ne se jettent pas à la traiter, sauver, en se débattant avec elle dans le monde des conséquences, mais ils donnent telles recommandations de qui la personne arrondit les yeux et met un doigt sur la tempe. Mais dans le cadre de la manière complexe d'aborder un problème de la vie, il n’y a rien extraordinaire ou saugrenu dans telles recommandations. Il y a un éloignement saugrenu de la personne (comme du vis du socium) de la vie réelle. Tout le reste dépend de son Choix!  

Pour l’harmonisation du Système la Personne – la Personne, il est nécessaire de normaliser non seulement les relations interpersonnelles, mais il faut harmoniser encore une hypostase – les relations économiques dont le paramètre de l'harmonie est l'argent, et non à titre de la découverte d’un moyen de le gagner, mais à titre de la formation du moyen de son autoreproduction.

Il faut dire que l'autoreproduction de l'argent appartient aux processus objectifs dont la connaissance et la maîtrise sont dépendantes seulement de l’Individu. Il faut distinguer le travail pour l'argent de son autoreproduction. Nous travaillons pour l'argent dans les administrations publiques, dans le business de réseau. Même les businessmen qui peuvent gagner la grosse somme d'argent, ils travaillent aussi pour l'argent. Mais le processus de l'autoreproduction ne dépende pas d’eux.

Par quoi le processus de la reproduction de l'argent se distingue-t-il du processus de le gagner? Par la présence du loisir, par les heures libres et par les dépenses du travail physique ou intellectuel. N'importe quel travail pour l'argent c’est un moyen de gagner l'argent. Le travail pour l'argent prive la personne du loisir. Les businessmen qui ont réglé la production de l'argent, ils sont tout à fait privés du loisir, d'ailleurs, de l’argent même. Et le fait que le capital immense passe par leurs mains, ne parle pas du tout de ce que cet argent est libre et peut être dépensé par le propriétaire à sa guise. En général, chez les businessmen tout l'argent est investi dans une affaire et mis en circulation. La réception du profit à la suite de cette circulation ne signifie pas du tout sa reproduction. Le businessman dépend de sa production. Il ne peut pas la laisser même à court terme. En cas de besoin de quitter l'affaire, cela risque d'entraîner de l'affaire pour toujours: soit elle échouera, soit le businessmen sera «évincé» par ses amis de business. La même chose se rapporte au business de réseau. 

Le processus de l'autoreproduction de l'argent, comme n'importe quel processus objectif de l'Être, se soumet aux lois du caractère cyclique et de l'Évolution. Le caractère cyclique consiste en ce que le processus de la reproduction de l'argent est programmé pour un fonctionnement automatique, c'est-à-dire il passe sans l’ingérence de la personne elle-même. Elle peut ne pas travailler, mais de ce fait que certain processus de son acquisition était programmé pour un fonctionnement automatique, l'argent «tombera» en tout cas dans la poche de son créateur. Il reste que la personne seulement corrige ce processus de temps en temps, en assurant par cela son Évolution. Notez que seulement dans ce cas il y a un argent libre qui peut être dépensé pour la satisfaction des désirs. Et puisque l'argent se reproduit lui-même sans participation directe de la personne, il a beaucoup d'heures de loisir, elle peut les perdre pour ce qui est agréable, pour son passe-temps.

Nous proposons de s’occuper de l'affaire qui permettra aux gens de créer pour eux-même le processus de la reproduction de l'argent. Nous savons comment amener la personne au succès, mais pour cela, il faut accomplir toutes nos recommandations. Celui qui leur suit strictement, reçoit le résultat, celui qui ne veut pas – c’est son Choix. On peut dire sur tels: «Évidemment, la vie, ce n’est pas pour chacun». Non tous peuvent devenir indépendants au plan des finances, quelqu'un doit porter les pots.

L'histoire de l'argent

Deux grands mystères dominent notre vie. L'amour et l'argent.

«Qu'est-ce que l'amour?» est une question qui a été infiniment explorée dans les histoires, les chansons, les livres, les films, et à la télévision. Mais on ne peut pas en dire autant pour la question «Qu'est-ce que l'argent?» Il n'est pas étonnant que la théorie monétaire n'ait pas inspiré de films à gros budget. Mais on ne la mentionne même pas dans les écoles où la plupart d'entre nous sommes allés... Pour la plupart d'entre nous, la question «D'où vient la monnaie?» évoque l'image d'un atelier imprimant des billets et frappant des pièces. Nous croyons que la monnaie est créée par le gouvernement. C'est vrai, mais seulement jusqu'à un certain point.

Ces valeurs symboliques de métal et de papier, que nous considérons comme la monnaie, sont effectivement produites par une agence gouvernementale, la «Mint». Mais la vaste majorité de l'argent n'est pas créée par cette agence, elle est créée, en quantité phénoménale, chaque jour, par des entreprises privées, connues sous le nom de banques.

La plupart d'entre nous croyons que les banques prêtent de l'argent leur ayant été confié par des dépositaires. Cela est facile à imaginer, mais ce n'est pas la réalité. En fait, les banques créent l'argent qu'elles prêtent non pas à partir des possessions des propriétaires, ni de l'argent déposé, mais directement à partir de la promesse des emprunteurs de les rembourser. La signature de l'emprunteur sur le contrat de prêt constitue une obligation de payer à la banque le montant de l'emprunt plus les intérêts, ou alors de perdre la maison, la voiture, ou tout bien ayant constitué la garantie. C'est donc un engagement important pour l'emprunteur. Qu'est-ce que cette même signature implique pour la banque? La banque se doit de faire exister le montant du prêt et simplement le marquer sur compte de l'emprunteur. Ça paraît invraisemblable? Assurément, ça ne peut être la vérité... Mais ça l'est.

Pour comprendre comment ce miracle de la banque moderne est apparu, considérons cette belle histoire:

La Légende de l'Orfèvre

Il était une fois un temps où à peu près n'importe quoi pouvait servir de monnaie. Cela devait simplement être transportable, et assez de personnes devaient avoir la conviction que cela pourrait plus tard être échangé contre des choses d'une valeur réelle telles que de la nourriture, des habits, ou des abris. Coquillages, fèves de cacao, pierres précieuses, et mêmes des plumes, ont été utilisés comme monnaie. L'or et l'argent étaient attrayants, malléables, et facile à travailler. De fait certaines civilisations devinrent expertes avec ces métaux.

Les orfèvres rendirent le commerce bien plus facile en fabriquant des pièces, c'est-à-dire des unités standards de ces métaux, dont le poids et la pureté étaient certifiés. Pour protéger son or, l'orfèvre avait besoin d'un coffre. Et bientôt ses concitoyens vinrent frapper à sa porte, afin de louer un espace pour entreposer en sécurité leur propre or et leurs propres valeurs. Rapidement l'orfèvre loua tous les espaces de son coffre, et il gagnait un petit revenu de son affaire de location de coffre.

Les années passèrent, et l'orfèvre fit une observation avisée. Les dépositaires venaient rarement retirer leur or physiquement présent dans le coffre, et de plus ils ne venaient jamais en même temps. La raison était que les reçus que l'orfèvre avait donnés en échange de l'or, étaient échangés sur le marché comme si c'était l'or lui-même. Cette monnaie papier était bien plus pratique que les lourdes pièces, les montants pouvaient être simplement écrits au lieu d'être laborieusement comptés un par un pour chaque transaction.

En même temps l'orfèvre avait une autre affaire : il prêtait son propre or en faisant payer des intérêts. Comme ses reçus étaient unanimement acceptés, les emprunteurs demandaient pour les prêts des reçus en lieu et place d'or véritable. Au fur et à mesure que cette industrie se développait, de plus en plus de gens demandaient des prêts et cela donna à l'orfèvre une meilleure idée. Il savait que bien peu de ses dépositaires retiraient leur or, donc l'orfèvre se figura qu'il pouvait sans problème échanger des reçus contre l'or de ses dépositaires, en plus du sien. Aussi longtemps que les prêts étaient remboursés, ses dépositaires n'en sauraient rien, sans dommage pour eux.

Et l'orfèvre, désormais plus banquier qu'artisan, faisait un profit supérieur à ce qu'il aurait pu obtenir en ne prêtant que son propre or. Pendant des années l'orfèvre profita discrètement du revenu confortable des intérêts des prêts de l'or de ses dépositaires. Maintenant, en tant que prêteur proéminent, il était plus riche que ses concitoyens, et il l'affichait ostentatoirement. Des soupçons s'élevèrent selon lesquels l'orfèvre dépensait l'argent des dépositaires. Les dépositaires se rassemblèrent et menacèrent l'orfèvre de retirer leur or si celui-ci n'expliquait pas l'origine de sa récente fortune. Contrairement à ce qu'on aurait pu attendre, cela ne tourna pas au désastre pour l'orfèvre. Malgré le caractère intrinsèquement frauduleux de sa démarche, son idée marchait parfaitement. Les dépositaires n'avaient rien perdu. Leur or était en sécurité dans le coffre de l'orfèvre.

Au lieu de retirer leur or, les dépositaires exigèrent que l'orfèvre, dorénavant leur banquier, partage ses profits avec eux en leur payant une partie des intérêts. Ce fut le début du système bancaire. Le banquier payait un faible taux d'intérêt sur les dépôts d'argent des clients, qu'il prêtait ensuite à un taux plus élevé. La différence couvrait les coûts des opérations ainsi que les profits. La logique du système était simple et cela semblait un moyen raisonnable de satisfaire les demandes de crédit.

Cependant ce n'est pas la façon dont le système bancaire fonctionne aujourd'hui. Notre orfèvre-banquier n'était pas satisfait de ses marges après avoir partagé les intérêts des prêts avec les dépositaires. De plus la demande de crédits s'accroissait rapidement car les Européens émigraient partout dans le monde. Mais les prêts étaient limités par le montant d'or que les clients avaient déposé. Et c'est là qu'il eut une idée bien plus subtile. Comme personne d'autre que lui ne savait ce que contenait le coffre, il pouvait prêter des reçus sur de l'or qui n'existait pas réellement. Aussi longtemps que les détenteurs de reçus ne venaient pas tous simultanément demander leur or, comment cela pourrait-il se savoir?

Ce nouveau schéma fonctionna parfaitement, et le banquier devient immensément riche grâce aux intérêts sur des prêts d'or qui n'existaient pas. L'idée que le banquier puisse créer de l'argent à partir de rien était trop inimaginable pour être crue. Donc pendant longtemps cette pensée ne traversa pas l'esprit des gens. Mais le pouvoir d'inventer de l'argent monta à la tête du banquier comme vous pouvez tous l'imaginer. Finalement l'ampleur des prêts accordés et sa richesse affichée déclencha à nouveau des suspicions. Certains emprunteurs commencèrent à demander de l'or véritable à la place des représentations papier. Les rumeurs se propagèrent. Un jour beaucoup de riches dépositaires vinrent simultanément retirer leur or. C'en était fini.

Un océan de titulaires de reçus déferla dans les rues jouxtant les portes closes de la banque. Hélas le banquier n'avait pas assez d'or et d'argent pour honorer tous les reçus qu'il avait placés dans leurs mains. C'est ce qu'on appelle l'assaut de la banque, et c'est ce que chaque banquier redoute. Ce phénomène d'assaut a ruiné des banques individuelles, et, peu étonnamment, a fortement détérioré la confiance publique envers les banquiers. Il eût été simple de rendre illégale la pratique de la création d'argent ex nihilo mais les larges volumes de crédit que les banquiers offraient étaient devenus essentiels au succès de l'expansion commerciale de l'Europe, donc à la place cette pratique a été légalisée et régulée. Les banquiers ont accepté de limiter la quantité d'argent fictif de prêts pouvant être mis à disposition.

La limite était quand même bien supérieure à la valeur totale de l'or et l'argent entreposés dans le coffre ; souvent le rapport était de 9 dollars fictifs pour 1 dollar réel d'or. Ces régulations étaient soutenues par des inspections surprises. Il était également convenu que dans le cas d'un assaut des banques centrales aideraient les banques locales avec des transfusions d'urgence d'or. C'est seulement en cas d'assaut simultané sur plusieurs banques, que la bulle de crédit imploserait et que le système serait anéanti.

Le système monétaire aujourd'hui

Avec les années le système de réserves fractionnaires, avec son réseau intégré de banques soutenues par une banque centrale, est devenu le système monétaire dominant dans le monde. Dans le même temps la fraction d'or soutenant l'argent des dettes s'est invariablement réduit à néant.

La nature même de la monnaie a changé. Autrefois le dollar papier était vraiment un reçu qui pouvait être échangé contre un montant fixe d'or ou d'argent. Actuellement un dollar papier ou numérique ne peut être échangé que contre un autre dollar papier ou numérique. Avant, les crédits créés par les banques privées n'existaient que sous forme de document bancaire privé que les gens avaient le droit de refuser de même qu'aujourd'hui nous pouvons refuser un chèque privé.

A présent, un crédit bancaire privé est légalement convertible en monnaie fiduciaire issue par le gouvernement: les dollars, euros, livres, etc., que nous voyons habituellement comme de la monnaie. La monnaie fiduciaire est une devise créée par ordonnance ou décret gouvernemental et les lois en vigueur stipulent que les citoyens doivent accepter cette monnaie comme payement pour une dette sous peine qu'en cas de refus les tribunaux annulent la dette en question.

Donc maintenant la question est: Si les gouvernements et les banques peuvent tous deux créer de l'argent, combien d'argent existe-t-il? Autrefois la quantité totale de monnaie existant était limitée par les quantités physiques effectives des objets servant de monnaie. Ainsi, afin de créer du nouvel or ou du nouvel argent, l'or ou l'argent devait être trouvé et extrait du sol.

Actuellement, l'argent est littéralement créé comme dette. De la monnaie est créée sitôt que quelqu'un contracte un prêt auprès d'une banque de ce fait la quantité totale de monnaie pouvant être créée n'a qu'une limite réelle: le niveau total de la dette. Les gouvernements imposent une limite statutaire supplémentaire sur la création d'argent neuf en établissant des règles appelées exigences de réserve fractionnaire. Pour la plupart arbitraires, les exigences de réserve fractionnaire varient d'un pays à l'autre, et de temps à autre. Dans le passé il était fréquent d'exiger que les banques possèdent au moins un dollar d'or réel dans leur coffre pour 10 dollars de monnaie-dette créés. Aujourd'hui les exigences de réserve ne s'appliquent plus au rapport entre l'argent neuf et l'or en dépôt, mais au rapport entre la monnaie-dette créée et la monnaie-dette existant déjà en dépôt à la banque. Aujourd'hui, la réserve d'une banque consiste en deux choses: le montant d'espèces émises par le gouvernement que la banque a déposées à la banque centrale plus le montant de monnaie-dette existante que la banque a en dépôt.

Pour illustrer cela d'une façon simple, imaginons une banque toute nouvelle sur le marché, qui n'a pas encore de dépositaire. Cependant les investisseurs ont constitué un dépôt de réserve de 1111,12 dollars d'espèces existantes, qu'ils ont mis à la banque centrale. La réserve fractionnaire en vigueur est 9:1.

1re étape La banque ouvre et accueille son premier emprunteur, il a besoin de 10000 dollars pour acheter une voiture. Avec le taux de réserve 9:1, la réserve de la nouvelle banque à la banque centrale, également dénommée base monétaire, lui permet de créer légalement neuf fois ce montant, soit 10000 dollars, sur la base de la reconnaissance de dette de l'emprunteur. Ces 10000 dollars ne sont pris de nulle part ailleurs, c'est de l'argent tout neuf, simplement inscrit sur le compte de l'emprunteur comme crédit bancaire. Ensuite l'emprunteur fait un chèque sur ce crédit pour acheter la voiture.

2e étape La vendeuse dépose ces 10000 dollars nouvellement créés à sa banque. Contrairement à la base monétaire déposée à la banque centrale, cet argent de crédit récemment créé ne peut pas être multiplié par le taux de réserve, en fait il est réparti selon la fraction de réserve. Au rapport de 9 pour 1, un nouveau prêt de 9000 dollars peut être effectué sur la base de ce dépôt de 10000 dollars.

3e étape Lorsque ces 9000 dollars sont déposés par une tierce personne à la banque qui les a initialement créés, ou une autre, ils deviennent la base légale d'un troisième crédit, cette fois pour un montant de 8100 dollars. Telle une de ces poupées russes où chaque couche contient une poupée légèrement plus petite, chaque nouveau dépôt contient le potentiel pour un prêt légèrement plus petit suivant une série décroissante infinie. Maintenant, si l'argent prêté n'est pas déposé à la banque, le processus s'arrête, c'est la part imprévisible du mécanisme de création d'argent. Mais plus vraisemblablement, à chaque étape l'argent sera déposé dans une banque et le procédé de répartition peut se répéter encore et encore, jusqu'à ce que presque 100 000 dollars d'argent neuf soient créés au sein du système bancaire.

Tout cet argent a été créé entièrement à partir de dettes et le tout a été légalement autorisé par le dépôt initial d'une réserve de seulement 1111,12 dollars qui sont restés assis, intacts, à la banque centrale. Ce qu'il y a de plus avec cet ingénieux système, c'est que la comptabilité de chaque banque de la chaîne doit montrer que la banque a 10% en plus de dépôts que d'argent qu'elle a prêté. Cela donne aux banques un très bon motif pour acquérir des dépositaires, afin d'être capable d'émettre des prêts, supportant l'impression générale mais trompeuse, que l'argent prêté est celui des dépôts.

Maintenant, à moins que tous les prêts successifs aient été déposés dans la même banque, on ne peut pas affirmer qu'une banque multiplie sa base monétaire initiale d'un facteur de presque 90 en émettant des crédits à partir de rien. Cependant le système bancaire fonctionne en boucle fermée, les crédits créés dans une banque deviennent des dépôts dans une autre, et réciproquement. Dans un monde théorique d'échanges parfaitement uniformes, l'effet ultime serait exactement le même que si l'ensemble du processus avait lieu au sein d'une banque unique ; c'est-à-dire que la réserve initiale à la banque centrale d'un peu plus de 1100 dollars permet au système de collecter des intérêts sur jusqu'à 100 000 dollars qu'il n'a jamais eus. Les banques prêtent de l'argent qu'elles n'ont pas !

Si ça a l'air ridicule, essayez ceci: ces dernières décennies, sous la pression incessante des lobbies bancaires, les exigences de constituer un dépôt de réserve à la banque centrale nationale ont simplement disparu dans certains pays, et les taux de réserve actuels peuvent être bien supérieurs à 9:1. Pour certains types de compte, des taux de 20:1 ou 30:1 sont monnaie courante (super jeu de mots). [Pas de réserve du tout dans certains cas] Et encore plus récemment en introduisant des frais de prêts pour augmenter la contribution de l'emprunteur à la réserve, les banques ont désormais un moyen de circonvenir complètement les exigences de réserve. Donc, alors que les règles sont complexes, la réalité est, dans les faits, très simple: les banques peuvent créer autant d'argent que nous pouvons en emprunter.

Malgré l'exposition médiatique des planches à billets, la monnaie créée par le gouvernement représente typiquement moins de 5% de l'argent en circulation, plus de 95% de toute la monnaie existant aujourd'hui a été créée par quelqu'un signant une reconnaissance de dette à une banque. De plus, cette monnaie de crédit est créée et détruite en immenses quantités chaque jour, au fur et à mesure que les nouveaux prêts sont faits et les anciens remboursés.

Les banques ne peuvent employer ce système monétaire qu'avec la coopération active du gouvernement. Tout d'abord les gouvernements font passer des lois instituant l'usage de la monnaie fiduciaire nationale, deuxièmement ils autorisent que les crédits privés bancaires soient convertis en devises gouvernementales, troisièmement les tribunaux font respecter les dettes et finalement les gouvernements font passer des régulations pour protéger le fonctionnement du système monétaire et sa crédibilité auprès du public, sans rien faire pour l'informer de la provenance réelle de l'argent. La simple vérité est que quand nous signons sur les pointillés un «prêt hypothécaire», notre engagement signé de payer, soutenu par les possessions que nous nous engageons à abandonner en cas de non-paiement, est la seule chose de réelle valeur mise en jeu dans cette transaction.

Pour toute personne croyant que nous honorerons notre promesse, ce contrat de prêt, ou hypothèque, est maintenant un morceau de papier portable, échangeable, et vendable. C'est un IOU. Cela représente de la valeur, et est en conséquence une forme de monnaie. Cette monnaie (scripturale), l'emprunteur peut l'échange contre l'argent réel et palpable (fiduciaire).

Dans la vie réelle, un prêt signifie que le prêteur doit avoir quelque chose à prêter. Si tu as besoin d'un marteau, le fait que je te prête une promesse de fournir un marteau que je n'ai pas ne sera pas d'une grande utilité. Mais dans le monde artificiel de l'argent, la promesse d'une banque de payer de l'argent qu'elle n'a pas est reconnue comme monnaie, et nous l'acceptons telle quelle.

Une fois que l'emprunteur a signé sa reconnaissance de dette, la banque compense la transaction en créant, en quelques frappes au clavier, sur un ordinateur, une dette correspondante de la banque vers l'emprunteur. Du point de vue de l'emprunteur, cela devient de l'argent de crédit sur son compte, et parce que le gouvernement autorise cette dette de la banque envers l'emprunteur à être convertie en devises, tout le monde doit l'accepter comme de la monnaie. Encore une fois la vérité est très simple. Sans le document signé par l'emprunteur la banque n'aurait rien à prêter.

Ne vous êtes-vous pas déjà demandé comment il se fait que tout le monde, gouvernements, entreprises, PME, familles, puissent être tous endettés en même temps, et pour des montants si astronomiques? Ne vous êtes-vous pas posé la question: comment se fait-il qu'il y ait autant d'argent à prêter? Maintenant vous savez. Il n'y en a pas. Les banques ne prêtent pas d'argent. Elles le créent simplement à partir de la dette et cette dette étant potentiellement illimitée, il en est de même pour l'argent à prêter. Et comme il apparaît, la situation contraire est également vraie.

Pas de dette, pas d'argent

N'est-il pas stupéfiant que malgré l'incroyable richesse des ressources de l'innovation, et de la productivité qui nous entourent, nous soyons presque tous, gouvernements, entreprises, individus, lourdement endettés envers les banquiers? Si seulement les gens s'arrêtaient et pensaient: Comment cela est-il possible? Comment se fait-il que les gens qui produisent les vraies richesses du monde soient endettés envers ceux qui ne font que prêter l'argent qui représente la richesse? Encore plus étonnant, une fois que nous réalisons que l'argent est de la dette, nous réalisons que s'il n'y avait pas de dette, il n'y aurait pas d'argent.

Si tout cela est une découverte, vous n'êtes pas les seuls. La plupart des gens imaginent que si toutes les dettes étaient payées, l'état de l'économie s'améliorerait. C'est certainement vrai à l'échelle individuelle. De même que nous avons plus d'argent à dépenser lorsque nous avons remboursé nos prêts, nous pensons que si tout le monde était dans le vert, il y aurait plus d'argent à dépenser en général.
Mais en vérité, c'est exactement le contraire. Il n'y aurait pas d'argent du tout. C'est ainsi, nous sommes complètement dépendants de crédits bancaires continuellement renouvelés pour qu'il y ait existence de l'argent. Pas de prêts, pas d'argent. C'est ce qui est arrivé pendant la Grande Dépression. La masse monétaire s'est effondrée au fur et à mesure que les prêts s'asséchaient.

Une dette perpétuelle

Ce n'est pas tout. Les banques ne créent que le montant du principal. Elles ne créent pas l'argent pour payer les intérêts. D'où celui-ci est-il censé provenir? Le seul endroit où les emprunteurs peuvent aller pour obtenir l'argent pour payer les intérêts est dans la masse monétaire globale de l'économie, mais presque toute -cette masse monétaire a été créée exactement de la même façon, il s'agit de crédit bancaire devant être remboursé avec plus que ce qui a été créé. Donc partout il y a d'autres emprunteurs dans la même situation essayant frénétiquement d'obtenir de l'argent dont ils ont besoin pour payer à la fois le principal et les intérêts à partir d'un réservoir d'argent qui ne contient que les principaux.

Il est clairement impossible que tout le monde rembourse le principal et les intérêts, car l'argent des intérêts n'existe pas. Cela peut même être exprimé par une simple formule mathématique. P/(P+I) honoreront leur contrat. I/(P+I) seront saisis.

Le grand problème est que pour les prêts à long terme, tels les hypothèques et les dettes gouvernementales, le total des intérêts excède de loin le principal, donc à moins que beaucoup d'argent supplémentaire ne soit créé pour payer les intérêts, cela engendre une grande proportion de faillites, et donc une économie non fonctionnelle. Pour maintenir une société fonctionnelle, le taux de faillites doit être bas. Et donc, pour accomplir cela, de plus en plus de nouvel argent-dette doit être créé pour satisfaire la demande actuelle d'argent pour payer les dettes précédentes. Mais bien sûr, ça rend juste la dette totale plus grande et donc encore plus d'intérêts doivent être payés résultant en une grandissante et inexorable spirale d'endettements.

C'est uniquement le délai temporel entre la création de l'argent des nouveaux prêts et les remboursements qui empêchent le manque global d'argent d'émerger et de mettre ainsi le système total en banqueroute. Cependant, comme le monstre insatiable du crédit grandit et grandit, le besoin de créer de plus en plus d'argent pour le nourrir se fait sentir de plus en plus urgemment.

Pourquoi les taux d'intérêt sont-ils si bas? Pourquoi recevons-nous des cartes de crédit non sollicitées? Pourquoi le gouvernement US dépense-t-il plus que jamais? Cela serait-il pour empêcher l'effondrement complet du système?

L'argent facilite la production et l'échange, et avec la croissance de la masse monétaire, l'argent est de plus en plus dévalorisé à moins que le volume de production et d'échange dans le monde réel ne croisse de la même proportion. Ajoutez à cela le fait que quand nous entendons que l'économie croît de 3% chaque année, cela ressemble à une croissance constante, mais ça ne l'est pas. Les 3% de cette année représentent plus que les 3% de l'année dernière parce qu'il s'agit des 3% du nouveau total. Au lieu d'une ligne droite, telle que naturellement visualisée à partir des mots, la courbe de croissance est en fait exponentielle, de plus en plus abrupte.

Le problème, bien sûr, est que la croissance perpétuelle de l'économie réelle exige une escalade permanente de l'utilisation des ressources et de l'énergie. De plus en plus d'objets doivent passer des ressources naturelles à la poubelle chaque année, sans arrêt pour éviter l'implosion du système.

Que pouvons-nous faire face à cette situation effrayante? (Il peut y avoir épuisement des ressources et des talents, mais pourquoi devrait-il y avoir un jour épuisement d'argent?) Une chose est sûre, nous avons besoin d'un concept d'argent radicalement différent. Il est temps que plus de personnes posent à elles-mêmes et à leurs gouvernements 4 questions simples. Partout dans le monde les gouvernements empruntent de l'argent à des banques privées, avec des intérêts. La dette des gouvernements est une composante importante de la dette totale, et le règlement de cette dette constitue une bonne part de nos impôts.

Maintenant, nous savons que les banques créent simplement l'argent qu'elles prêtent et que les gouvernements les ont autorisées à faire cela. (Création de monnaie soutenue uniquement par la dette.) Donc la première question est: Pourquoi les gouvernements choisissent-ils d'emprunter de l'argent avec intérêts alors qu'un gouvernement pourrait créer lui-même, sans intérêts, l'argent dont il a besoin?
Et la deuxième grande question est: Pourquoi créer l'argent comme dette? Pourquoi ne pas créer de l'argent circulant en permanence sans qu'il ait besoin d'être perpétuellement ré-emprunté - avec intérêts- pour exister?

La troisième question: Comment un système monétaire qui ne peut seulement fonctionner qu'avec une croissance en accélération permanente peut-il être employé pour bâtir une économie durable? N'est-il pas logique qu'une accélération permanente de la croissance et la durabilité ne sont pas compatibles?
Et finalement: Qu'y a-t-il dans notre système monétaire qui le rende totalement dépendant d'une croissance perpétuelle? Que devrait-il être modifié pour permettre une économie durable ?

L'usure

Il fut un temps où facturer des intérêts sur un prêt était appelé "usure", et était passible de sanctions sévères, y compris la mort. Chaque grande religion a interdit l'usure. Les arguments contre cette pratique étaient essentiellement moraux. Il était maintenu que la seule finalité légitime de l'argent était de faciliter l'échange de biens et services réels. Toute forme de gain d'argent basée uniquement sur la possession d'argent était jugée comme l'acte d'un parasite ou d'un voleur. Cependant, comme les besoins en crédits du commerce grandissaient, les arguments moraux ont cédé face à l'argument selon lequel le prêt implique pour le prêteur un risque et un coût d'opportunité et conséquemment la tentative de faire un profit sur un prêt est justifié.

Aujourd'hui cette notion semble incongrue, aujourd'hui l'idée de gagner de l'argent avec de l'argent est vue comme un concept que chacun essaye d'employer. Pourquoi travailler quand tu peux faire travailler ton argent pour toi?

Cependant, si on essaye de concevoir un futur durable, il est très clair que la facturation d'intérêts est à la fois un problème moral et pratique. Imaginez une société et une économie qui peut perdurer des siècles parce que, au lieu de piller ses ressources primaires d'énergie, elle se restreint à ce qui est produit chaque jour: pas plus de bois n'est coupé que ce qui pousse pendant la même période, toute l'énergie est renouvelable: solaire, gravitationnelle, géothermique, magnétique, ou toute autre méthode découverte. Cette société vit à l'intérieur des limites de ses propres ressources nonrenouvelables en réutilisant et recyclant chaque chose. Les populations s'y succèdent ainsi. Une telle société ne pourrait jamais fonctionner avec un système monétaire fondamentalement dépendant d'une croissance accélérant perpétuellement. Une économie stable aurait besoin d'une masse monétaire au moins capable de rester stable sans s'effondrer.

Disons que le volume total de cette masse monétaire stable est représenté par un grand cercle. Imaginons aussi que les prêteurs doivent avoir préalablement l'argent pour le prêter. Si des gens, au sein de cette masse monétaire, se mettent systématiquement à prêter de l'argent avec intérêt, leur part de la masse monétaire va croître. S'ils continuent à prêter avec intérêt tout l'argent remboursé, quel est la conséquence inévitable? Que ce soit de l'or, de la monnaie fiduciaire, de la monnaiedette, cela importe peu, les prêteurs finiront avec tout l'argent et après que les recouvrements et les banqueroutes soient réglés, ils finiront également avec tous les biens. C'est seulement si les rendements des prêts à intérêts étaient uniformément distribués parmi la population que ce problème central serait résolu. Une lourde taxe des profits bancaires pourrait accomplir cet objectif, mais dès lors pourquoi les banques voudraient-elles exister?

Si nous étions capables de sortir un jour de la situation actuelle, nous pourrions imaginer un système bancaire fonctionner comme service non-lucratif pour la société, répartissant les intérêts gagnés comme un dividende universel pour les citoyens, ou prêtant sans facturer aucun intérêt.

Changer le système

Si c'est la nature fondamentale de notre système qui pose problème, bricoler le système ne pourra jamais résoudre ces problèmes ; le système lui-même doit être remplacé. Beaucoup de critiques monétaires appellent à un retour à une monnaie basée sur l'or prétendant que l'or a pour lui un long historique de fiabilité. Ils ignorent les nombreuses arnaques pouvant être pratiquées avec l'or: ajustement des pièces, alliances du métal, prise de contrôle du marché, tout cela a été fait dans la Rome antique, et a contribué à sa chute. Certains défendent que l'argent est plus abondant que l'or et donc plus difficile à monopoliser.

Beaucoup mettent en doute la nécessité d'un retour aux métaux précieux. Personne ne veut recommencer à porter de lourds sacs de pièces pour les courses. Il est certain que de la monnaie papier, numérique, plastique, ou plus probablement biométrique, serait le moyen d'échange ultime, avec le même potentiel pour créer une dette aussi illimitée que nous avons aujourd'hui. En plus de cela, si l'or redevenait la seule base légale d'argent ceux qui n'ont pas d'or n'auraient soudain plus d'argent. D'autres demandeurs de réforme monétaire ont conclu que la cupidité et la malhonnêteté sont les principaux problèmes et qu'il y aurait de meilleurs moyens pour créer un système honnête et équitable que le retour à l'or ou à l'argent.

Des esprits inventifs ont proposé toute une panoplie de systèmes alternatifs pour créer de l'argent. Beaucoup de systèmes de troc privé créent de l'argent comme dette, comme le font les banques, mais c'est fait ouvertement et sans paiement d'intérêts. Un exemple est un système de troc où la dette est exprimée en promesses d'heures de travail, tous les travaux étant également équivalents à un nombre de dollars permettant aux heures d'être converties avec le prix des biens en dollars. Ce type de système monétaire peut être mis en place par toute personne pouvant trouver un moyen de faire la comptabilité ainsi que des participants volontaires et dignes de confiance.

La mise en place d'un système monétaire de troc local, même étant actuellement de peu d'utilité, serait une prudente mesure préventive, pour toute communauté. La réforme monétaire, comme la réforme électorale, est un vaste sujet, requérant une volonté de changement et une capacité à penser hors du système. La réforme monétaire, comme la réforme électorale, ne viendra pas facilement en raison des intérêts immensément puissants bénéficiant du système actuel qui feront tout leur possible pour maintenir leurs avantages.

A présent que nous avons vu que l'argent n'est qu'une idée, et qu'en réalité l'argent peut être ce que nous décidons, voici une idée très simple de concept alternatif à considérer. Ce modèle est basé sur des systèmes ayant autrefois fonctionné en Angleterre et en Amérique, systèmes ayant été rongés et détruits par les orfèvres-banquiers et leur système de réserve fractionnaire. Pour créer une économie basée sur de l'argent en permanence libre d'intérêts, l'argent pourrait être simplement créé et injecté dans l'économie par le gouvernement, préférablement sur des infrastructures durables facilitant l'économie, comme les routes, les voies ferrées, les ponts, les ports, et les marchés publics.

Cet argent ne serait pas créé comme dette, il serait créé comme valeur, la valeur résidant dans l'objet de la dépense. Si cet argent neuf facilitait une augmentation proportionnelle des échanges, faisant en sorte qu'il soit utilisé, cela ne causerait pas d'inflation. Si les dépenses du gouvernement causaient une inflation il y aurait deux voies d'action à considérer.

L'inflation est essentiellement équivalente à une taxe sur l'argent ; que la valeur de l'argent diminue de 20% ou que le gouvernement prenne 20% de notre argent, l'effet sur notre pouvoir d'achat est le même. De ce point de vue, l'inflation à la place des impôts peut être politiquement acceptable si elle est bien dépensée et contenue. Ou, le gouvernement pourrait choisir de contrer l'inflation en collectant de l'argent des impôts et en le mettant hors d'usage réduisant la masse monétaire et restaurant la valeur de l'argent. Pour contrôler la déflation, qui est le phénomène de la chute des rémunérations et des prix, le gouvernement dépenserait simplement plus d'argent déjà existant. Sans compétition de la création de monnaie-dette privée, les gouvernements auraient plus de contrôle effectif de leur masse monétaire nationale. Le public saurait qui blâmer si les choses tournaient mal, les gouvernements grandiraient et tomberaient sur leur capacité à préserver la valeur de l'argent.

Le gouvernement fonctionnerait essentiellement grâce aux impôts comme aujourd'hui mais l'argent des impôts serait bien plus utile puisque rien ne serait commis pour payer des intérêts aux banques privées. Il n'y aurait pas de dette nationale si le gouvernement créait simplement l'argent dont il a besoin. Notre perpétuelle servitude collective envers les banques à travers le paiement des intérêts de la dette gouvernementale serait impossible.

Ce qui nous a été enseigné de voir comme la démocratie et la liberté est devenu en réalité une forme ingénieuse et invisible de dictature économique. Aussi longtemps que notre société entière restera fondamentalement dépendante du crédit bancaire pour sa masse monétaire, les banquiers seront en position de décider qui aura l'argent dont il a besoin et qui ne l'aura pas.

Peu de gens sont conscients aujourd'hui que l'histoire des Etats-Unis depuis la révolution en 1776 a été en large part l'histoire d'une lutte épique pour la libération et l'indépendance vis-à-vis des banques européennes internationales. Cette lutte fut finalement perdue en 1913 quant le président Woodrow Wilson ratifia le Federal Reserve Act plaçant le cartel bancaire international en charge de la création de la monnaie américaine.

La puissance de ce système est profondément enracinée de même que le silence de l'éducation et des médias à ce sujet. Il y a quelques années, le premier ministre canadien a fait mener un sondage chez les non-économistes: à la fois auprès de professionnels hautement qualifiés et de "monsieur tout le monde". L'enquête a conclu qu'aucun d'entre eux n'avait une idée précise de la façon dont l'argent est fabriqué. En fait, il est probablement sûr de dire que la plupart des gens, y compris les employés de banques en première ligne ne se sont jamais donné le temps de considérer la question. Et toi?

Le système moderne d'argent en tant que dette naquit il y a un peu plus de 300 ans quand la première Banque d'Angleterre fut mise en route avec un contrat royal pour le prêt fractionnaire de reçus d'or au taux modeste de 2 pour 1. Ce taux modeste n'était que le proverbial pied dans la porte. Le système est maintenant mondial créant des montants virtuellement illimités d'argent à partir d'air pur et a enchaîné presque chaque personne de cette planète à une dette perpétuellement croissante qui ne pourra jamais être payée. Tout cela a-t-il pu arriver par accident? Ou bien est-ce une conspiration? De toute évidence il y a là quelque chose d'énorme...

D'où nous avons reçu l'affaire donnant la liberté financière à la personne? De Dieu. Dans le temps, nous travaillaient pour des clous dans les administrations publiques ; après avoir subi l'école de l'autoréalisation dans le business de réseau, nous sommes compris que, en gagnant notre vie par le travail, même si ce sera le business personnel, nous serons constamment pris par le problème de la survie et de gagner de l'argent. Nous ne verrons jamais la vie digne de la personne. Quoi que nous engagions, nous resterons des esclaves du socium, nous dépendrons de ce qu'il nous imposera. Justement pour cette raison nous nous sommes adressés à Dieu avec la demande de former un tel moyen de gagner de l'argent pour qu'il se reproduise lui-même, en nous assurant la liberté financière. La demande était satisfaite!

Quand la personne est indépendante du socium au plan financier, elle devient libre. Nous avons reçu un conseil de travailler avec l'idée-forme personnelle, créer l'image d’un futur désirable, et que? Dans un certain temps nous avons reçu le désirable. On a indiqué l'affaire dans laquelle nous pouvons créer le processus de la reproduction de l'argent. Nous invitons à cette affaire tous les personnes qui désirent avoir l'indépendance financière. Nous répétons que nous savons comment vous amener au succès. Pour cette affaire sont nécessaires les gens prêts à apprendre et connaître la vie de nouveau, prêts à accepter l'indépendance financière notamment par ce moyen qui est soufflé par la vie même, c'est-à-dire par Dieu, et ceux qui sont prêts à suivre nos recommandations. Le succès est garanti!

Comme vous le voyez, de nouveau et de nouveau tout est réduit à la nécessité d’entendre Dieu et se soumettre à Ses conseils. La personne met en marche le processus de la reproduction de l’argent partiellement dans le Système la Personne – la Personne, mais la constance de ce processus dépend de l’harmonisation du Système Dieu – la Personne, c'est-à-dire de la capacité de la personne à entendre Dieu et coopérer avec Lui!

Peut-être les lettres qui sont présentées à votre attention seront cette réponse à ceux de vous qui a eu le temps de faire la conclusion profonde que notre article est une action suivante pour vous recruter, des petits bêtas, dans la pyramide suivante. Bien que, comme vous le voyez, nous avons fait revenir la personne à la réalité sans l’aide de la magie et chacunes «formules ou paroles magiques».

Quant à la comparaison de soi-même avec un « petit bêta», c’est une comparaison trop flatteuse et un jugement porté sur soi-même surévalué. Le petit bêta, c’est l’élève le plus modèle et persistant, nous – tels sages, compétents et omniscients – devons apprendre de lui. S'il n'était pas tel, il n'apprendrait jamais à marcher, à parler et à faire tout ce que la personne doit faire.  

Nous vous assurons que traîner par les oreilles quelqu'un on ne sait où – c’est un passe-temps contre-productif et peu séduisant. Personne ne veut charrier un voyageur qui avec cela te fouette … Dieu est de la même avis, parce qu’Il aussi connaît cette ruse très bien. Toutes les assurances des gens de la foi en Dieu et de l'amour sans réserve – ne sont rien d'autre que la tentative camouflée de le brider ...

Comme vous le voyez, les gens, d'une manière surprenante, ne peuvent pas comprendre la simple ruse quotidienne. Si dans l'Univers il y a un maître de l'Univers et de la Vie – Dieu, la participation dans la résolution de Ses taches et problèmes est comme un laissez-passer à la Vie (naturellement, immortelle), ainsi que programme pour un fonctionnement automatique la résolution de tous vos problèmes personnels. Et la vie, les courses d'obstacles – les courses odieuses et exténuantes, se transformera en joie et en plaisir. Nous nous sommes servis de cette ruse et nous n’avons regretté jamais de l'avoir fait!   

Ayant lu cet article, certains gens commencent à nous exprimer leur mécontentement et déclarent exactement le suivant:

J'aime beaucoup le Système de l'Harmonisation, mais je suis étonnée que tout est réduit à l'argent. Partout tous ont besoin d’argent! Comment cela se trouve réuni avec Dieu, cela ne m’entre pas dans la tête.
Je ne travaille pas beaucoup des ans, je n’ai pas d'argent personnel; je vis avec mon mari, comme Dieu donne (ainsi le peuple dit), je ne peux entrer dans aucune compagnie. Eh bien, quoi? Maintenant il se trouve, à votre guise, que Dieu se détournera de moi? Bêtises que tout ça! Cela ne peut pas être juste et c’est une non-conformité complète avec votre Système. Le système de l'Harmonisation et l'argent – ils ne se marient pas, il y a une impression comme si le livre et le Système étaient écrits par une personne, mais les problèmes monétaires sont avancés par l'autre! Je suis d'accord qu'en ayant la vie éternelle, il serait bien de vivre sans problèmes monétaires. D'autant plus qu'avec l'âge ils sont plus sensibles, même si la personne a l'air jeune. 
J'ai lu le livre une fois. Je lirai encore, peut être je me rends compte plus.

Devant vous est une reconnaissance honnête de l'étudiant qui a dormi tous les cours. En effet, on peut dormir si bien sous les conversations de Dieu, des «affaires divines», mais voilà le rêve suave et paisible s'interrompt en le moment le plus intéressant par les questions sur l'argent et sur le travail. «ça par exemple!» 

C’est la même chose avec l'Humanité. Deux mille années des conversations sur Dieu, au lieu de secouer et réveiller les gens, ont endormi encore plus leur Conscience. N'ayons pas peur de l'avouer, pour beaucoup de gens Dieu dans leurs rêves se voit encore comme un tel loustic aux joues roses avec le sac des cadeaux. La seule chose qu'il peut nous forcer faire, c’est danser, chanter ou dire des vers près d’un arbre de Noël. Nous pouvons toujours faire cela, de tout notre cœur … Mais en matière du travail – excusez, le Nouvel an est la fête, le jour de repos, la Constitution n'ordonne pas de travailler. En effet, ce n'est pas par hasard que le prototype du Père Noël est nul autre que Saint Nicolas, et la vie est transformée en ronde continuelle autour d’un arbre de Noël.  

Quand les gens disent qu’ils n’ont pas besoin d'argent – ils rusent. Néanmoins tous sont occupés de la recherche des moyens de gagner l’argent. L'argent est nécessaire pour toutes les choses: pour l'enseignement, pour les vêtements, pour la nourriture, pour le paiement des services publics, pour l'éducation des enfants, pour les livres, pour les dépenses postales etc. Sans argent, l’homme ne peut pas ennoblir sa vie. De plus, à cause du manque du temps et des forces (qui sont gaspillées pour gagner l'argent), l’homme n'a pas assez de temps pour réfléchir – qu’est-ce que c'est, cette vie?

La ruse des gens consiste en ce qu'ils veulent avoir l'argent pour la satisfaction de leurs besoins, mais seulement de ceux qui sont plus désirables et présentent un intérêt pour eux. « Je dépenserai l'argent pour des choses que je veux avoir et pour rien d'autre!» La ruse semblable se manifeste aussi dans la recherche du moyen de gagner l'argent. «Je suis d'accord de gagner l'argent seulement d’une telle manière et pas autrement. Un autre moyen m'est désagréable et peu intéressant».  

C'est l'endroit. Si regarder à la profondeur du problème, l’homme par ses ruses part simplement de la solution des tâches au moyen de qui Dieu le corrige et apprend. La tâche du Système de l'Harmonisation est apprendre à la personne à diriger la santé et assurer le recouvrement de la liberté économique du socium. L'obtenir sans savoir-faire de mettre en marche le mécanisme de l’autoreproduction de l’argent – il est impossible. Une telle possibilité pour la première fois dans le monde est donnée seulement par la compagnie avec qui nous coopérons. Le moyen de gagner l'argent dans elle pour beaucoup de personnes présente une certaine nouveauté et c'est pourquoi est indésirable. Mais c’est déjà le problème des gens eux-mêmes.

Et si Dieu aura avec les gens dans ce cas, jugez vous-mêmes. Dieu – la Personne, c’est le Système commun et très dynamique. La personne peut se réaliser dans elle seulement d’une manière complexe, par tous les aspects de l'Être, sans exceptions et sans abréviations: le corps, l’Âme, l'affaire, les relations avec les gens, avec la société, avec l'argent etc. Et si dans cette liste des aspects on ignore quand même une personne qui ne peut pas et ne veut pas se réaliser elle-même, il y a un croisement de tout le Système. Les forces de la nature aspirent à la rendre à l'état d'équilibre. Cela se fait par voie de l'alignement selon l'aspect retardé en arrière aux frais des autres aspects de la vie de la personne relativement bien réussis. C'est pourquoi il est si important de savoir être harmonisé dans tout, et non seulement dans ce qui vous voilez. 

Quant à l'argent, ce n’est pas notre invention. À propos, il a aussi deux côtés. Quand la personne sait mettre en marche le mécanisme de leur autoreproduction, l'argent travaille comme l'équivalent de l'énergie de Dieu, c’est le plus grand bien. Mais si pour gagner la vie, la personne rend en échange sa vie, c’est une invention du Diable. Chacun de nous a le droit de choisir – avec qui il ira et à qui argent il utilisera.

Le secret de l'argent est très simple. Les gens qui ne désirent pas sortir du cadre des Systèmes la Personne – la Personne et la Noosfère – la Personne, ils sont voués à le gagner par le travail de forçat, à la limite des possibilités de leurs 2-5 %. Ce sont les gens qui vivent dans le Monde des Conséquences, et tels gens sur la Terre est la majorité pléthorique.

Ce sont ils qui servent du sol fertile, sur qui on cultive la tromperie et le mensonge. Et en outre tout ce mal apparaît «sur demande des travailleurs», comme une commande sociale, mais non comme des intrigues méchantes de quelqu'un ou comme un châtiment céleste. Les gens sentent par intuition que la statique est la mort, mais la statique comprennent seulement comme la stagnation dans le monde réel, et non dans les têtes. Ils brûlent d'envie de faire quelque chose, aller quelque part. Que faire et où aller, ils ne savent pas et ne peuvent pas savoir, en raison de l'ignorance du tableau total. C'est pourquoi plusieurs ont peur de la nouveauté, ont peur de faire l'erreur et assumer la responsabilité. C’est une situation sans issue. Mais, comme on le sait, la nature a horreur du vide. Voilà-t-il pas que infailliblement surgit, comme un diable d’une tabatière, une personne ou un parti qui déclarent qu'il faut aller là-bas. Tous respirent avec soulagement et courent comme un dératé après ceux qui a assumé la charge. En passant, ayant perdu la raison et le bon sens, ils créent chacunes choses vilaines (eh bien! mon cher, la liberté!). Ensuite, ayant déjà fait du joli, ils sont consternés à un «péché actuel» et rendent la justice à leurs guides, les marquent du sceau de l'infamie à perpétuité.  

L'effronterie non dissimulée de l'électorat est frappante. Il y a de quoi s'étonner ou être choqué: soit de sa simplicité, soit du cynisme insolent. C'est la mauvaise volonté de chacun pour ne pas amorcer le néocortex (et pour ne pas penser en général) qui est la cause de tout cela. «Aujourd'hui, j’ai pensé trois fois. Je suis très fatigué». La mauvaise volonté de la plupart des gens pour ne pas amorcer un «appareil de la pensée» et pour ne pas assumer la direction de la vie personnelle, elle crée le sol pour l'apparition des sommités et des sauveurs de l'Humanité. Et même si cette sommité aura des beaux buts d'organiser la prospérité générale de tous les hommes, elle ne pourra pas les réaliser, puisque il n'y a rien avec qui on peut Créer. Le pendule du processus n'est pas amorcé, parce que l'électorat ayant soif du bonheur et de la prospérité (qui selon l'idée doit devenir le deuxième Pôle de la Création – de la Dualité), cette fois aussi a préféré rester embusqué. Les gens sont prêts à obéir dans tout à la sommité, en restant à l’arrière-plan des transformations et de la vie, pour ne pas répondre pour les erreurs personnelles, pour l'inactivité et pour le manque de talent. 

Au total, au lieu créer le futur ensemble avec leur Leader, tous attendent que la sommité  est engagé à leur donner ce futur. Mais cette tâche est irréalisable même au Niveau de Dieu. Les gens possèdent la capacité surprenante: ils sont prêts à aller pour le leader n'importe où sous n'importe quel drapeau et slogan. Cela à l'instant même. Mais devenir un leader, édifier des lendemains qui chantent, grand merci, je m'en voudrais! Mais chacun veut avoir des lendemains qui chantent, sans faute heureux, seulement à titre gratuit, sans effort et sans responsabilité.

Oui, c'est un fléau de l'Humanité et le Mal non dissimulé, d'une main. Mais de l'autre – le sol le plus bon et fumé pour la cristallisation et pour la croissance des Individus. Tout l’objectif pour eux est la nourriture pour l'analyse et l'heure de gloire pour mettre en marche le néocortex. Pour la première catégorie des gens, la vie semble à titre du fait du mensonge, de la violence et de la tromperie, pour la deuxième –  c’est un processus du nettoyage et de la croissance. Ici vous pouvez vous arrêter et vous avouer à vous-mêmes – dans quelle catégorie êtes-vous entrés? Notamment vous-mêmes, vous êtes entrés, et non vous avez été forcés «d’entrer»! 

L'argent est une idée (une énergie), et les coupures elles-mêmes – elles sont sa matérialisation. Comme vous connaissez déjà, seulement le néocortex peut diriger. L'amorçage du mécanisme de l'autoreproduction de l'argent est seulement à la taille des gens qui se perfectionnent, évoluent, car le monde de la reproduction de l'argent appartient au monde objectif. Au niveau du subjectif, ce mécanisme se roule, jusqu'à la dissolution complète dans l'Ego de la personne. Au total, chacun dans l’Âme établit personnellement la limite définie («relève la barre») de la quantité de l'argent réclamé pour la vie. Il ne peut pas satisfaire ses prétentions au bonheur et à la prospérité, en raison de la limite et de l'absence de l'argent. Comme vous comprenez, il est pratiquement impossible de résoudre ce problème, en restant seulement dans le cadre de la sphère matérielle financière.  

Entre la personne et la vie, il y a des divergences. L’Ego ne permet pas de s'accuser soi-même, c’est pourquoi la personne rejette la faute pour le malheur sur ses idoles qui promettaient beaucoup de choses, mais elle n'a rien reçu pour sa participation dans l'affaire. Tout  de suite on accroche l'étiquette «Filou», et les organisations sont marquées: «Pyramide». Les sommités sont dégradées jusqu'aux soldats et sont «radiées de l'équipage». Quelle leçon est tirée de cela? Aucune! La personne continue à attendre une nouvelle sommité prête à mener quelqu'un, quelque part, pour qu'au premier échec la renverser. Ainsi, la tromperie est une commande sociale réclamée de ceux qui, avec l'obstination maniacale, aspirent à l'inaction.

L'argent se manifeste seulement dans le monde réel. Pour en obtenir, il faut orienter la Conscience vers les lois objectives. Dans la mesure de votre réunification avec le monde réel, le flux monétaire chez vous augmentera. Vos besoins croissants seront satisfaits toujours et ils apporteront une plus grande quantité d'argent. 

[40] un appareil sur la base de la neurostimulation électrique dynamique.

[41] des billes d'or – dans le Système, le procédé effectif pour le traitement des organes.

Précédent Contenu Suivant