Les peurs sont la raison de la pénurie d'argent!

Les peurs sont la raison de la pénurie d'argent!

La raison principale des échecs dans les affaires est liée aux peurs et aux doutes qui nous tourmentent. Mais n'importe quel business est une création d'entreprises privées, il est lié au risque inévitable (comme d'ailleurs, et la vie elle-même). En investissant l'argent dans quelque affaire, vous risquez. Même si votre affaire est sur les rails, le risque ne vous a pas abandonné. Les partenaires peuvent jouer un mauvais tour, il y a une nécessité constante d'élargir le cercle des consommateurs, autrement vos marchandises ou vos services peuvent devenir non réclamés, il faut étudier constamment et prendre en considération la compétition, la conjoncture, le marché, etc. Et tout cela demande l'investissement du fort somme d'argent. Apparemment, ce sont des dépenses improductives, mais pour peu que vous cessiez de les faire, votre business tombera dans l'oubli. Alors toutes vos dépenses portées à la catégorie des productives, en un clin d’œil se transformeront en cendres.

Au total, la personne travaille pour l'argent, mais la possession de l'argent n'apporte pas le bonheur. Elle travail beaucoup. Avec le temps, les forces s'épuisent, la personne perd son habilitation, sa réaction à la perception des changements dans le marché, grandissent les adjoints qui mieux que papa «connaissent» comment disposer correctement de son argent. La personne se ruine.

Pour que cela n'arrive pas, il faut d'avance prendre soin de la conservation et de l’augmentation de l'argent. Au jour d'aujourd'hui, on peut affirmer courageusement qu’il est possible de faire cela, avec la garantie et avec la protection absolues! Une tout à fait nouvelle direction du grand business s'occupe de cela. Cependant dans la voie vers le nouveau, il y a toujours des obstacles. Le plus essentiel est notre Conscience à qui il est difficile de refuser les choses habituelles. La Conscience tente de construire le fondement, le support dans une nouvelle affaire, mais il est absent, il faudra encore le construire. Puisque votre Conscience est votre propriété exclusive, on peut construire quelque chose dans elle seulement par le travail personnel. Le travail consistera en accomplissement de l'affaire nouvelle pour vous avant la réception du bénéfice qui les premiers temps couvrirait la cotisation d'entrée. Seulement alors vous acquerrez l'assurance et vous recevrez le fondement solide sur qui votre Conscience pourra s'appuyer.

Votre bonne volonté d'assumer un risque dans une nouvelle affaire est un début du succès. Les échecs qui peuvent nous arriver dans une nouvelle entreprise sont liés seulement à l'ignorance, et les ayant éliminé, nous recevrons le succès. C'est-à-dire les échecs sont nos études. Le gage de l'acquisition du succès est notre but et notre volonté inflexible,  grâce à elle on peut réussir. Si grâce à la volonté et à la persévérance nous tiendrons ferme dans la lutte contre les échecs, nous atteindrons notre but, nous réaliserons la chose conçue. Si nous capitulons, notre but restera un rêve non réalisé. Ce n'est pas un secret que sur les accotements du business restait une multitude de ceux qui ont manqué les connaissances, la patience, le courage et la volonté pour l'acquisition du but. La personne active énergique est toujours prête au risque raisonnable et sait surmonter fermement les échecs, est capable de se relever de nouveau et de nouveau. Notamment ainsi elle devient le Leader de sa famille et réussit.  

La volonté et le mouvement instant vers le but sont soutenue par son intuition (les aides d’en Haut, du côté du Moi Supérieur) que toujours attire le succès. Tous les gens fructueux savent risquer et sont doués de l'intuition. Il en résulte qu'il faut écouter toujours la voix intérieure, mais non les conseils des hommes «instruits» qui flânent autour.

Si la personne cède, en refusant facilement le but fixé, pleurniche et fait des caprices au premier échec, son intuition se tait. Son Moi Supérieur est décontenancé, ne connaît pas où il faut mener la personne, puisqu’elle-même ne comprend pas qu’est-ce qu’elle veut et où être donné. Sa famille aussi se tait. Personnes et rien ne pourront aider une telle âme en peine, désœuvrée!  

Il faut analyser attentivement ici la raison du succès des «requins du grand capital». Ce n'est pas un secret que notamment ceux «gnômes financiers» sont ces gens qui font la pluie et le beau temps non seulement dans la sphère financière. À l'aide de des investissements et des injections «justes» fait au temps nécessaire et dans la place nécessaire, on administre la justice, les lois nécessaires sont acceptées, les nouveaux gouvernements et les gens nécessaires arrivent au pouvoir.  

Oui, vous direz, même un imbécile pourrait le faire, en ayant l’argent suffisant. Mais ne vous hâtez pas de tirer une conclusion. Après la débâcle de l'URSS, l’argent et les valeurs matérielles gagnées par le travail de quelques générations des citoyens de l'État immense, se sont trouvés dans les mains du groupe des «nouveaux Russes». Et que, ils ont réussi, en possédant les leviers réels du pouvoir, faire le pays florissant? Il n'avait pas suffisamment la tête! Donc l'argent est seulement un instrument, et il faut encore apprendre à se servir d'eux. Et en outre il ne faut pas salir tout le monde et accrocher les étiquettes des escrocs et des coquins. Parmi les gens qui sont arrivés au pouvoir dans l'espace postsoviétique il y a beaucoup d’honnêtes,  morals gens. Seulement ces qualités aussi ne fonctionnent pas! 

Le secret du pouvoir de l'argent sur la personne consiste en ce qu'il circule dans le présent réel – ici et maintenant. Notamment cette qualité permet aux gens de devenir non simplement les possesseurs des états immenses, mais gérer le monde entier. Ainsi, l'argent lui-même ne donne pas le pouvoir réel, mais ce pouvoir est donné au moyen du savoir-faire de ne pas tomber du présent, il apprenne à faire justement cela. De quelle façon? C’est très simple. L'argent n’est pas couché à titre des petits monceaux et ne défile pas en parade. Il a cours dans le système financier de l'Humanité, lequel à juste titre peut-être appelé sanguin. Et toutes ces veines, ces artères, ces capillaires doivent se trouver sous l'obédience vigilante. Certes, les effectifs immenses des collaborateurs et des adjoints s'occupent de cela, mais leur propriétaire doit garder constamment la main sur le pouls de ses finances. 

Il est nécessaire de préciser ici que sa tâche n’est pas la protection des capitaux contre les dilapidateurs et contre les malfaiteurs. Le mal de tête constant de cette catégorie des gens – est empêcher des stagnations (des «hémostase» et des «thrombus») dans les finances. C'est pourquoi les «gnômes financiers» ne s'occupent pas des bêtises comme l'achat des îles, des yachts et des châteaux. L'argent pour eux a perdu l'attraction d’une drogue, il a cessé d'être le moyen de l'autoexpression. Il a forcé les gens à éveiller la Conscience, amorcer le néocortex et ouvrir le canal intuitif, avec un seul but – pour contrôler la «situation actuelle». À peine le propriétaire laisse échapper, la situation s'écoulera avec l’argent. Mais ce processus se passe inconsciemment, spontanément, d'habitude avec le gauchissement vers la composante matérielle, donc de l'harmonisation complète de l'Individu n’a pas lieu. 

Précédent Contenu Suivant